Le projet PRCCRCC (Projet de Renforcement des Capacités Communautaires pour la Résilience aux effets du Changement Climatique) a formé ses bénéficiaires dont des femmes à la fabrication des foyers améliorés utilisant moins de bois comme une des mesures d’adaptation au changement climatique. Comme c’est la femme qui est directement impliquée dans la recherche de bois de cuisine et dans la cuisson des aliments, un accent particulier a été mis sur sa participation pour promouvoir ces foyers au niveau des collines d’intervention du projet.

Les foyers améliorés utilisant peu de bois permettent aux bénéficiaires dont les femmes de consommer moins de bois lors de la cuisson et donc d’exercer moins de pression sur les boisements. Un autre constat est que ces foyers permettent de diminuer la durée de cuisson des aliments et dégagent peu de fumée lors de la cuisson.

Un noyau de formateurs pour faciliter le partage d’expériences entre les bénéficiaires du projet.

Le projet PRCCRCC a formé au niveau des six collines d’intervention un noyau de formateurs formé de 77 bénéficiaires dont 36 hommes et 41 femmes sur les techniques de fabrication des foyers améliorés mobiles et sur la construction des foyers fixes utilisant peu de bois, dans l’objectif de permettre à un grand nombre de bénéficiaires de disposer de ces techniques.

La participation de la femme se situe d’abord dans le travail d’extraction et la préparation de l’argile avant la fabrication, et la mise au four de ces foyers. La femme comme première utilisatrice de ces foyers améliorés, s’implique dans leur vulgarisation au niveau de la colline en vantant leurs vertus. Depuis la formation jusqu’aujourd’hui, 938 foyers améliorés ont été fabriqués par les bénéficiaires du projet et ils continuent d’en fabriquer.

L’utilisation des foyers améliorés au niveau des ménages bénéficiaires constitue une mesure d’adaptation au changement climatique qui permet d’atténuer les effets dans la zone d’intervention et permet également de diminuer de moitié la quantité de bois que les ménages consommaient avec les foyers traditionnels formés de trois pierres.

Ces foyers ne dégagent pas de fumées lors de la cuisson. Cela signifie qu’il y a moins de dégagement de gaz à effet de serre dans l’atmosphère, ce qui augmente la résilience au changement climatique.

Une activité qui valorise la femme.

La fabrication de ces foyers améliorés constitue une activité génératrice de revenus aux bénéficiaires dont les femmes car elle procure des revenus supplémentaires dans les ménages. Ces revenus tirés de la vente de ces foyers permettent aux bénéficiaires et plus particulièrement aux femmes, d’acheter du petit bétail qui leur fournisse de la fumure organique et leur permette d’augmenter la production au niveau de leurs jardins de cuisine. Les femmes formées sont très actives et sont fières de pouvoir fabriquer ces foyers pour toute de la zone d’intervention du projet.

No votes yet.
Please wait...
Voting is currently disabled, data maintenance in progress.