Développement de l’agriculture familiale en Côte d’Ivoire : la région du Moronou rejoint la PANAFCI

Monsieur  KOUA ANZIAN DENIS, est désormais le président du comité régional du Moronou de la PANAFCI (Plateforme d’Action Nationale pour l’Agriculture Familiale en Côte d’Ivoire). Les neuf membres du comité régional de la PANAFCI ont pour missions principales d’organiser les populations du Moronou afin de favoriser la réalisation des objectifs de la décennie de l’agriculture familiale qui s’étend de 2019 à 2028.

C’est ce qui ressort de l’atelier de sensibilisation et mobilisation des organisations de producteurs et Organisations de la Société Civile sur l’Agriculture Familiale et mise en place des comités régionaux PANAFCI qui s’est tenu le jeudi 12 Avril dernier dans les locaux de la mairie de Bongouanou.

Dans son exposé, monsieur ASSOKO MAILLET, membre du secrétairiat technique de la PANAFCI, a instruit les séminaristes sur les biens fondés de la plateforme : « Nous sommes aujourd’hui présents dans le Moronou pour  qu’ensemble nous adoptions des stratégies pour mieux informer, sensibiliser et mobiliser les organisations régionales et les partenaires de proximité sur l’importance de l’Agriculture familiale. Nous devons comprendre que l’agriculture familiale est une forme d’organisation de la production agraire, forestière, pastorale, halieutique et aquacole, gérée et administrée par une famille. Elle dépend principalement de la main d’œuvre familiale aussi bien masculine et féminine. L’agriculture familiale est la grande source d’emplois dans les pays en voie de développement, pilier central de la structure socio-économique du milieu rural dans tous les continents, elle constitue également la base sociale sur laquelle doit être réalisé le droit à l’alimentation inscrit dans la charte des droits de l’homme de 1948 ».

A sa suite, madame MEITE EPSE KONE SALIMATA, membre du secrétariat technique, a dressé le bilan de la PANAFCI de 2013 à 2017. Elle a présenté aux participants les réalisations et les résultats majeurs obtenus.  En  ce qui concerne le plan de travail de l’année 2018, elle souligne ceci : « Nous mettrons l’accent sur la recherche des fonds pour le financement de nos différentes actions dans les différentes régions du pays. Par ailleurs, six grands axes vont meubler nos actions : la formation et la sensibilisation ; la création des mécanismes ; la promotion des droits de la femme ;  les rencontres de dialogue et de plaidoyer avec les autorités locales et nationales ; sensibilisation sur l’importance de l’agriculture familiale et échange participatif ; les mécanismes d’échange et de coordination entre les acteurs de l’agriculture familiale », a-t-elle ajouté.

 

                                                                  Photo de famille des participants

Les différentes questions des séminaristes ont permis à chacun de mieux comprendre les visions fondamentales de la PANAFCI. Ces assises ce sont déroulées en présence du directeur régional de l’agriculture,  du représentant du préfet de région et du représentant du premier magistrat de Bongouanou. Les coopératives agricoles et associations de jeunesses du Moronou ont également pris part à ces moments de réflexion.

Rappelons que pour  opérationnaliser et organiser son action sur le terrain, la PANAFCI  a dans un premier temps mis en place 7 comités régionaux  au niveau des régions de la ME (ADZOPE), le GONTOUGO (BONDOUKOU), la MARAHOUE (BOUAFLE), le LOH-DJIBOUA (DIVO), le TCHOLOGO (FERKESSEDOUGOU), le district autonome et région du bélier (YAMOUSSOUKRO), et  le GBEKE (BOUAKE).Ensuite,  4 autres régions ont été ajoutées, notamment le SUD-COMOE (ABOISSO), l’INDENIE-DJUABLIN (ABENGOUROU), le MORONOU (BONGOUANOU) et le N’ZI (DIMBOKRO).

 

Source : http://www.ande-paysdor.org
http://www.ande-paysdor.org/index.php/projets/24-les-projets-futurs/725-les-populations-du-moronou-adoptent-de-nouvelles-strategies-pour-le-developpement-de-l-agriculture-familiale