Dans ses efforts pour faire face aux effets du changement climatique dans la région arides et semi-arides (ASAL), Inades-Formation Kenya a entrepris des recherches sur diverses innovations. L’une de ces innovations est constituée par les fosses Zai, également connues sous le nom de fosses de plantation, qui sont des techniques agricoles économes en eau, utilisées dans les zones arides et semi-arides pour maximiser l’utilisation de l’eau par les cultures.

Le Zaï est probablement la technologie la plus reconnue qui a été développée sur la base des connaissances indigènes (Sewadogo 2011) et traditionnellement utilisée pour améliorer les sols pauvres et dénudés.

Après avoir creusé les trous Zai, ils sont remplis de matières organiques comme du fumier, du compost ou de la biomasse sèche. Cela conduit à une augmentation des activités microbiennes qui, en retour, augmente le taux d’infiltration d’eau pendant la saison des pluies. Cela crée un micro-environnement qui augmente la résistance à la sécheresse et améliore les rendements des cultures.

Les fosses Zaï sont plus adaptées aux zones arides et semi-arides (ASAL), où les sols infertiles et incrustés reçoivent des précipitations faibles et souvent très peu fiables ; ce qui met les petits agriculteurs face à un défi constant de produire assez de nourriture pour nourrir leur famille et générer des revenus indispensables. Par conséquent, les fosses Zai, en tant qu’innovation, traitent des problèmes de dégradation des sols, d’infertilité et d’humidité des sols.

En creusant des fosses de Zaï; les sols dégradés impossibles à labourer peuvent être rendus productifs plutôt que d’être abandonnés. Les fosses Zai jouent un rôle très important dans le contrôle des eaux de ruissellement, car l’eau de pluie y est utilisée, idéalement proche des racines des cultures, jouant ainsi un rôle majeur dans la collecte de l’eau.

Le  processus:

Etape 1 : La première étape consiste à creuser une fosse de mesure de 60 cm de longueur sur 60 cm de largeur sur 30 cm ou 90 cm sur 90 cm par 30 dans la ferme. Cependant, les dimensions peuvent toujours varier selon la culture à planter et la quantité de précipitations que les zones reçoivent.

Etape 2 :Après avoir creusé la fosse, elle est remplie à moitié de matière organique de feuilles sèches, de pailles de maïs, etc., ce qui aide à conserver le taux d’humidité et à augmenter la teneur en fumier lorsque la matière organique se décompose avec le temps. Cependant, la matière organique devrait être capable de se décomposer en peu de temps.

Etape 3 :La fosse zai est ensuite remplie d’un mélange de fumier et de terre végétale après la matière organique. Le rapport du fumier à la couche supérieure du sol dépend principalement du niveau de fertilité de la couche supérieure et le rapport moyen est de 1: 3. La matière organique chargée et le fumier prennent entre 20 et 25 cm, laissant un espace au-dessus pour l’accumulation d’eau et le paillage. Le sol est ensuite mélangé uniformément

Etape 4 :Les fosses zaï sont ensuite irriguées au cas où la culture est faite pendant la saison sèche et selon les cultures prévues.

Une fosse de zaï de 60 cm sur 60 cm sur 30 cm occupe jusqu’à cinq cultures si l’agriculteur plante du maïs, tandis que celle mesurant 90 cm sur 90 cm sur 30 cm prend 9 cultures.

Fonctions d’une fosse Zai

  1. Récolter l’eau de pluie : Les petites fosses agissent comme des micro-bassins qui recueillent l’eau et les sédiments, la terre placée en aval de chaque fosse améliore leur fonction de récupération de l’eau. La matière organique ajoutée améliore l’infiltration et la rétention de l’eau dans le sol. Les micro-bassins aident à atténuer les périodes de sécheresse qui se produisent fréquemment dans les régions ASAL (Zougmore et al 2004)
  2. Concentration de la fertilité : les fosses de Zaï concentrent la fertilité près de la zone racinaire des cultures, les débris entraînés par le vent ou les eaux de ruissellement, y compris les feuilles mortes de la végétation voisine, sont capturés dans les trous. La fertilité obtenue à partir de ces sédiments est mélangée à de l’engrais organique ou minéral, ce qui les rend très fertiles. Selon Sewadogo (2008), cela augmente également le pH du carbone, de l’azote, du phosphore et du sol

  1. Décomposition accélérée : Dans les régions tropicales semi-arides, les termites sont abondants, leurs activités contribuent de manière significative à la décomposition de la matière organique et au cycle des nutriments dans le sol (Mando et Brussaard 1999). Dans le processus de décomposition, l’environnement favorable des fosses de zaï accélère la décomposition ce qui permet aux puits de zaï de rester productifs plus longtemps que dans les zones ne comportant pas de puits de zaï.
  2. Concurrence réduite : les fosses de zaï s’assurent que la concurrence pour l’humidité, le fumier et les pesticides par les mauvaises herbes est fortement réduite. C’est parce que la culture est développée sur « l’environnement artificiel » qui est contrôlé et donc les mauvaises herbes et les pesticides sont désavantagés. Cependant, en cas de croissance de mauvaises herbes, le désherbage doit être fait en faisant attention au côté descendant de chaque fosse afin de ne pas détruire les monticules de sol et réduire leur fonction de captage d’eau.

Les cultures de maïs poussent sur les fosses de zaï

Les cultures de maïs poussent sur les fosses de zaï

Par Muendo Nyamu, Agent de projet – Recherche, apprentissage et développement, Inades Formation Kenya