A travers la mise en œuvre du projet « Adaptation au Changement Climatique pour la gestion des ressources en Eau et Sol » (ACCES+) sous le financement de la coopération allemande via l’entreprise GIZ, Inades-Formation Burundi a significativement accompagné les Champs Ecoles des Producteurs (CEP) entre 2015 et 2021 en deux phases.  La population rurale bénéficiaire a implémenté des techniques et des pratiques de gestion durable de l’eau et des sols en vue d’accéder à la sécurité alimentaire, de prévenir les catastrophes et de renforcer la résilience climatique.

Le projet a contribué à l’amélioration des capacités des productrices et producteurs agricoles à réaliser des mesures sensibles au changement climatique. La zone d’action touchée par les interventions dudit projet était constituée par 13 collines suivantes : Murambi et Rubanda de la commune Mutambu, Musenyi et Kinama de la commune Nyabiraba, Mageyo et Muhororo de la commune Mubimbi, Kwigere et Nyakibande de la commune Isare en Province Bujumbura ; les collines Burangwa et Kagona de la commune Bugarama en Province Rumonge et Nyambo, Kidasha et Bihangare de la commune Marangara en Province Ngozi.

Pour soutenir les initiatives des producteurs impliqués, le projet a rendu disponible des semences à cycle court et adaptées aux variabilités climatiques distribués aux producteurs membres des CEP. Les semences adéquates choisies en commun accord avec les bénéficiaires par rapport à leur résilience selon la zone d’action étaient composées notamment par les ignames, le maïs, le haricot volubile, le soja, la patate douce à chaire orange, etc. Celles préférées à cycle court sont en l’occurrence les amarantes, les choux, les oignons rouge et blanc, les carottes, les poivrons, les céleris, etc. Ces cultures ont été mises en place soit dans les champs de démonstration des CEP soit dans leurs champs collectifs et dans les jardins de cuisine de membres de CEP.

Champs de haricot volubile à Marangara

Champs des oignons irrigués en saison sèche à Mutambu

 D’une pierre deux coup, le projet a facilité des observations de la plante/la culture dans son système écologique pour s’enquérir de ses problèmes, chercher à comprendre et à apprendre sur les causes des problèmes et les interactions entre les différents éléments du système afin de prendre et exécuter des décisions appropriées (Analyse de l’Agro-EcoSystem : AAES).  Cette approche a permis aux membres de CEP de s’organiser pour mettre en place des champs collectifs composés essentiellement par des semences à cycle court.

Bien plus, le projet avait formé les membres de CEP sur les différentes techniques de production de la fumure organique en utilisant des compostières en fosses, les compostières en surface avec ou sans activateurs, l’utilisation de l’or jaune en provenance d’AKASUGA (toilettes écologiques) et l’utilisation des biofertilisants (feuilles de Tithonia, Calliandra, Leucaena). En utilisant toutes ces technique, les membres des CEP ont augmenté très considérablement leurs productions. Une partie de leurs récoltés a été consommée dans les ménages et le surplus a été vendu afin de se procurer d’autres besoins spécifiques.  Même si le projet consistait à l’adaptation au changement climatique, il a permis de développer d’autres activités d’autopromotion des ménages. Durant les trois dernières années de la période du projet (2019-2021) les ménages accompagnés ont pu s’acheter du gros bétail (vache), le petit bétail (moutons, porcelets, chèvres), les volailles et ont fait l’extension de leurs propriétés à travers la location des terrains. Ils ont aussi formé des petits groupes d’épargne et de crédit communautaire qui leur ont permis de s’acheter 548 foyers améliorés.

Porcelets achetés dans le cadre des activités d’autopromotion à Marangara

Vache achetés dans le cadre des activités d’autopromotion à Isare

Inades-Formation Burundi se réjouit des résultats atteints et surtout cette capacité d’introduire des mécanismes de résilience communautaires et variés.