La pandémie du coronavirus a bouleversé les habitudes. Des sensibilisations sont faites ici et là à travers divers canaux. Des spots audio/visuels aux affiches en passant par des chants, émission et gong, le message est véhiculé à toutes les couches socio professionnelles et l’accent est mis sur le respect des gestes barrières pour rompre la chaîne de propagation. Inades-Formation Togo après les différentes vidéos de sensibilisation réalisées et diffusées à l’endroit de ses bénéficiaires de projet, offre cette fois-ci des bavettes et kit de lavage des mains. Mais le lavage des mains serait inefficace si le détergent venait à manquer. C’est donc pour rendre disponible et à coût réduit cette matière indispensable à l’hygiène des mains, que l’institution a initié des formations en production de savon liquide à l’endroit de ses bénéficiaires.

Ce sont les membres des Fonsdev Gbenodou, Nedezon et Elenute qui ont bénéficié de cette série de formation. Elle a concerné directement une trentaine de participants respectivement des villages de Yobo Sédzro dans le canton de Gbatopé, préfecture de zio ; Essè dans le canton de Tchékpo, préfecture de Yoto et Atti atovou dans le canton d’assahoun, préfecture de l’Ave.

Au menu de la session, la sensibilisation sur la maladie à coronavirus axée sur les mesures barrières et les techniques de préparation du savon liquide. Assurée par la chargée d’accueil d’Inades-Formation Togo et la bibliothécaire mesdames Mawuli WOEDEME TOKPA et Louise Assolima LOMBO et le chargé de la microfinance Komlantsè GOZO, cette formation a permis aux participants d’acquérir des connaissances dans la fabrication du savon liquide, de garantir la disponibilité de ce produit indispensable à l’hygiène des mains qu’est le savon et de développer leur résilience vis-à-vis de la covid19.

Cette formation répond au souci d’Inades-Formation Togo d’accompagner les FONSDEV dans l’adoption des mesures barrières pour lutter contre la propagation de la maladie à covid 19 et assurer la disponibilité à coût réduit du détergent. Les participants ont salué l’initiative et envisagent même produire du savon destiné à la vente dans leur milieu respectif.

Service Communication/Inades-Formation Togo

Inades-Formation Burkina publie le 1er numéro de l’année 2020 de son bulletin d’information semestriel INADES INFO

Excellente lecture à tous.

 

Pemba est un village situé à 48 kilomètres de Turiani dans le district de Mvomero dans la région de Morogoro en Tanzanie. Ses habitants sont des agriculteurs et des éleveurs (y compris des migrants de la tribu Masai).

Les effets du changement climatique ont constitué pour les agriculteurs et les éleveurs un obstacle majeur à leur accès à la sécurité alimentaire pour leur bétail et leurs familles.

Mdimu Kedeko Kikoyo est l’un des rares maasai à s’être engagé dans des activités agricoles. Après avoir fait face à une pénurie alimentaire pour son bétail qui est la principale source de nourriture pour sa famille, il a décidé de s’engager dans des activités agricoles comme alternative pour combler les lacunes, mais sa production était encore insuffisante.

En 2012, il a reçu un dépliant de son ami lui expliquant les services et la formation offerts par Inades Formation Tanzanie. Il a décidé de faire un voyage pour chercher physiquement le bureau afin de suivre les cours par correspondance. Il a reçu environ 18 livrets comprenant la production de maïs, l’alimentation du bétail, l’apiculture, etc. Il a décidé de transformer les connaissances acquises en pratique de temps à autre pour voir si des changements allaient apparaître.

Mdimu Kedeko Kikoyo

Quelques-uns de ses succès

Grâce aux connaissances qu’il a acquises avec le livret de maïs, il a pu augmenter la production de maïs de 5/6 sacs à 18/20 sacs par hectare.

Avec sa femme, ils ont décidé de réserver une acre devant leur maison pour l’utiliser comme parcelle de démonstration afin que les villageois puissent apprendre les meilleures pratiques agricoles qu’ils ont lues dans le livret de maïs.

Grâce aux connaissances acquises, M. Mdimu est maintenant un bon écologiste puisqu’il utilise une petite parcelle de terre pour ses activités agricoles pour obtenir une production suffisante plutôt que de cultiver une grande superficie peu productive.

Grâce à son succès, il a réussi à persuader sa communauté de suivre une formation et de participer à des activités agricoles. Il a également organisé au total 38 Maasai et formé deux groupes de service et de prêt.

Mdimu envisage l’avenir avec sérénité

 » Cette croissance de la production m’aidera à améliorer ma résidence plus tard après la vente du surplus de ma production. Je pourrai également aider ma communauté à s’engager dans de meilleures pratiques agricoles puisqu’avec une petite superficie, on peut obtenir de nombreux produits. De cette façon, je crois que même les pâturages pour notre bétail seront facilement accessibles parce que l’environnement sera préservé « .

Inades-Formation Tanzanie