Dans le but de renforcer son équipe opérationnelle du Secrétariat Général, basé à Abidjan, Inades-Formation recrute un coordonnateur de projet pour piloter et gérer un projet dont l’objectif principal est de renforcer les capacités techniques des producteurs et techniciens ivoiriens en matière de production durable du cacao grâce à l’application d’intrants biologiques et d’itinéraires techniques agroécologiques développés à partir des BIO-FABRIQUES.

Télécharger l’avis de recrutement

Il travaillera en collaboration avec le partenaire français ETHIQUABLE et les coopératives SCEB et la CAMAYE. Il est financé par l’AFD.

Intitulé du poste Coordonnateur de projet
Lieu-Pays d’affectation Abidjan-Côte d’Ivoire, avec mobilité à l’intérieur du pays et possibilité de voyager à l’extérieur
Responsable hiérarchique Directeur des Programmes (DP)

 

Nature et durée du contrat Contrat à durée déterminée (CDD) d’un (1) an avec possibilité de renouvellement
Date probable de prise de fonction 02 janvier 2021
Statut Cadre
Salaire Selon grille de salaire en vigueur
Avantages sociaux Assurances et autres avantages selon les statuts

Télécharger l’avis de recrutement

 

Description du poste

Placé sous l’autorité du Directeur des Programmes, le Coordonnateur du projet assumera les principales responsabilités et tâches ci-après :

1.La planification, la programmation et l’exécution des activités du projet

  • la coordination et l’administration du projet ;
  • la gestion et l’animation de l’équipe projet
  • l’organisation, l’exécution et le suivi technique et financier des actions définies ;
  • l’élaboration des plans opérationnels, des termes de référence des missions
  • la production de rapports narratifs de justification du projet aux partenaires ; la coordination des activités d’études, de gestion et d’évaluation du projet ;

2.Le suivi administratif et financier du projet

  • la préparation des budgets annuels et de plans de trésorerie trimestriels du projet et leur respect ;
  • la préparation et la transmission des rapports comptables et financiers du projet ;
  • le respect de l’application des procédures comptables et financières (engagement de dépenses, etc.) ;
  • la préparation et le suivi des demandes de trésorerie sur le projet.

3.La Gestion technique du projet

  • Le renforcement des capacités des bénéficiaires, la coordination de l’élaboration de modules de formation et du protocole de recherche autour des bio fabriques ;
  • Le renforcement des capacités de fourniture de services aux coopératives bénéficiaires ;
    1. formation à la gestion administrative, financière et comptable ;
    2. capitalisation et diffusion des expériences réussies (bonnes pratiques) dans le cadre du projet et appui au plaidoyer, etc.

 

4.L’information et la communication autour des activités du projet

  • la communication participative et la visibilité des parties prenantes du projet autour de thématiques spécifiques

 

5.La réalisation, au besoin, d’autres responsabilités déléguées, entre autres :

  • l’appui éventuel à l’élaboration des dossiers techniques et financiers d’appel d’offre et la réalisation de missions spécifiques ;
  • la représentation d’Inades-Formation dans les instances traitant des questions en relation avec le projet
  • la contribution à l’animation du site web d’Inades-Formation

Profil du poste (compétences, connaissances et qualités attendues)

Suivant le tableau des emplois de Inades-Formation, le candidat recherché doit avoir le profil ci-après :

  • être âgé(e) de 30 à 40 ans ;
  • être de nationalité ivoirienne ;
  • être de formation supérieure : Agronome ou Agroéconomiste, spécialiste en agro écologie et gestion durable des ressources naturelles
  • avoir une expérience de 5 ans minimum dans le développement rural.
  • disposer d’une aptitude au travail d’équipe et de terrain. Il (elle) disposera de bonnes capacités d’animation et sera particulièrement apte à entretenir un dialogue avec les organisations paysannes. Il (elle) aura de fortes qualités relationnelles de même qu’une forte capacité d’adaptation.
  • être titulaire d’un permis de conduire valide de catégorie B ;
  • une expérience passée à Inades-Formation serait d’un atout

Autres compétences

  • Capacité à travailler sous pression avec exécution de tâches multiples et complexes ;
  • Aptitudes relationnelles, communicationnelles ;
  • Aptitude à voyager ;
  • Réactivité, précisions, rigueur et éthique dans le travail ;
  • Capacité à travailler en équipe, dans un milieu multiculturel et dans un environnement à la fois francophone et anglophone ;
  • Être courtois, discret et jouir d’une bonne moralité ;
  • Avoir une bonne capacité d’écoute et d’adaptation et un bon sens de l’innovation et une bonne ;
  • Être facilement en mesure de travailler selon l’esprit ONG

 

Télécharger l’avis de recrutement

 

Dossiers de candidature

Les dossiers de candidature doivent comprendre :

  • une lettre de motivation ;
  • un extrait d’acte de naissance ou tout document en tenant lieu ;
  • un curriculum vitae détaillé avec photo et le contact de trois (3) personnes de référence pouvant justifier des capacités professionnelles du candidat ;
  • une photocopie des diplômes obtenus ;
  • les attestations des emplois antérieurs ;
  • une photocopie du certificat de nationalité ;
  • Un casier judiciaire datant de moins de trois (3) mois ;

Les dossiers de candidature, portant la mention « candidature au poste de Coordonnateur de projet d’Inades-Formation », doivent être adressés à Inades-Formation, à l’adresse suivante : recrutements.sg@inadesfo.net, au plus tard le 09 décembre 2020 à 23 heures 59 minutes GMT.

Pour toute question, veuillez téléphoner au (225) 22 40 02 16.

 

NB : Les dossiers incomplets, non conformes ou parvenus hors délai, ne seront pas examinés. Inades-Formation se réserve le droit de ne donner une suite favorable qu’aux candidats retenus.

Télécharger l’avis de recrutement

La plateforme ALERTE-Foncier recherche des consultant(e)s  pour effecteur l’Evaluation finale du projet Plateforme ALERTE-FONCIER : pour une gouvernance inclusive et durable du foncier rural en Côte d’Ivoire.

Date limite de soumission : 4 décembre 2020

Télécharger les Termes de Référence

 

Equipe de l’évaluation

L’équipe de l’évaluation sera composée de deux consultants répondants aux profils suivants :

  • Expert 1 : Le consultant principal doit être un cadre de développement de niveau Master en gestion de projets avec une spécialisation en évaluation de projets. Il doit disposer d’une bonne connaissance des spécificités du travail avec des organisations de développement, des questions foncières

Il devra justifier d’une expérience d’au moins 7 ans en matière d’évaluation de projets, idéalement financés par l’Union Européenne, et avoir réalisé ces dix dernières années au moins deux (2) évaluations de projets de nature similaire. Il doit en outre disposer d’une bonne connaissance du contexte ivoirien.

  •  Expert 2 : Le second consultant doit être titulaire d’un Master en Sciences sociales ou juridiques connaissant parfaitement bien le contexte de la Côte d’Ivoire, la problématique foncière. Il devrait avoir réalisé au moins une évaluation similaire ces cinq dernières années.

Les deux experts devront avoir :

  • Une parfaite maîtrise de la langue française ;
  • Une maîtrise de la gestion du cycle de projet, du cadre logique et procédures de l’UE;
  • Des références sur :
  • les outils conçus en précisant le cadre précis dans lequel ils ont été réalisés (suivi-évaluation, conduite de projet, identification, etc., en précisant pour quels projets) ;
  • les capacités de rédaction (documents de projets, notes, rapports, articles, etc.).
  • des expériences d’analyse des partenariats multi-acteurs.
  • des expériences professionnelles avérées en Côte d’Ivoire et/ou dans les pays de la région.

Le leader de l’équipe devra être clairement identifié dans la proposition qui sera soumise, il sera l’interlocuteur privilégié pour l’évaluation.

L’évaluation devra être engagée au plus tard le 1er décembre 2020, et le rapport final soumis au plus tard le 31 janvier 2021.

Télécharger les Termes de Référence

 

Produits attendus

Au terme de leur prestation, les consultants auront à fournir:

  • Une note de cadrage. Cette note fera le point des premières investigations sur la base des lectures documentaires et des premières discussions et échanges avec l’équipe projet : elle présentera les questions et hypothèses que les évaluateurs traiteront sur le terrain. Elle présentera également le planning prévisionnel des visites et entretiens prévus lors de la mission terrain ainsi que la méthodologie employée.
  • Un mémo de mission qui servira de support pour restituer provisoirement les résultats de l’évaluation au terme de la mission terrain (restitution à chaud) ;
  • Un rapport d’évaluation provisoire (en version électronique) qui sera commenté par les commanditaires suivant la réception dudit rapport ;
  • Un rapport final (en version électronique) ainsi que l’ensemble des documents produits écrits sous format numérique.

Critères de sélection

L’équipe de consultants/évaluateurs est invitée, en prenant connaissance des présents termes de référence, à faire des propositions techniques et financières (selon les modèles en annexe) pour la réalisation de l’évaluation. La sélection s’effectuera sur la base des critères suivants :

  • exposé de la problématique et compréhension du sujet ;
  • démarche méthodologique proposée ;
  • qualifications, expériences et compétences des experts ;
  • expériences de la zone et de la problématique du projet à évaluer ;
  • complémentarité de l’équipe proposée;
  • détail des prix et coûts des différentes prestations (devis à présenter conformément au modèle joint en annexe);
  • chronogramme de réalisation de l’ensemble des prestations.

Modalités de soumission

Transmettre une offre technique et financière selon les modèles en Annexe 2 et 3, au plus tard le 4 Décembre 2020 comprenant :

  • CV des consultants spécifiant leur expérience en matière d’évaluation de projet de développement sur les thématiques droits humains, droits des femmes
  • Méthodologie d’évaluation : outils, calendrier (format en annexe 2)
  • Coûts unitaires en euros (format en annexe 3)
  • Pièces justifiant le rattachement à un bureau d’étude :

L’offre technique et financière (qui ne devra pas dépasser 2 Mo) est à envoyer aux adresses mentionnées dans les TDR

Télécharger les Termes de Référence

Depuis 2019, l’Antenne de Kikwit d’Inades-Formation RDC met en œuvre le programme d’appui aux pôles d’approvisionnement de la Ville de Kinshasa en produits vivriers et maraîchers (PAPAKIN). Ce programme a pour objectif d’aider les producteurs membres des organisations paysannes à produire plus et à mieux vendre.

Des semences de qualité ont été mises à leur disposition et chemin faisant, ces unions paysannes ont, grâce à l’appui du programme, essayé de s’organiser afin d’atteindre leurs objectifs.

Le diagnostic réalisé avant la mise en œuvre du PAPAKIN au niveau de ces organisations avait relevé comme principales faiblesses, le manque/insuffisance des ressources financières pour leur bon fonctionnement. Les organisations paysannes concernées sont des organisations de deuxième niveau dont les membres à la base sont des OP de premier niveau composées des ménages agricoles. Les OP de 2ième degré sont censées en principe, bénéficier des appuis et de différents services de leur faitière. Mais ne disposant pas des moyens financiers, ces OP à la base ont évolué sans ces appuis.

Face à ce défi majeur qui freinait le développement de ces organisations, Inades-Formation RDC, au niveau du pôle vivrier, a aidé les Unions paysannes à mobiliser un des fonds qui pourraient les aider à fonctionner et à rendre services à leurs membres.

Au total, Inades-Formation RDC  25 Unions paysannes dont 5 ont été identifiées seulement en 2019 sont accompagnées.

L’appui à  la mobilisation de fonds dans les Unions

Prônant l’autopromotion, Inades-Formation RDC à travers son accompagnement a sensibilisé les producteurs en vue de susciter des élans de mobilisation des fonds. Les appuis apportés étaient orientés vers l’Entreprenariat Collectif Agricole (l’ECAGRI) et ses volets Entreprenariat Semencier Paysan ESP, Entreprenariat Commercial Paysan (ECP) et la mobilisation endogène des ressources financières et production agricole.

Plus précisément, l’antenne de Kikwit d’Inades-Formation RDC a apporté les appuis suivants aux organisation paysannes :

  • Sensibilisations sur la mobilisation des fonds ;
  • Appuis à la mise en place et à l’opérationnalisation des comités de commercialisation (de vente) dans les pools pour assurer la gestion collégiale et transparente du processus dans certaines unions ;
  • Appuis à l’élaboration, l’évaluation (2019) et à la mise en œuvre des plans d’affaires dans les unions (2020) ;
  • Appuis à la mobilisation de fonds de commercialisation en interne avec les moyens propres des Unions ;
  • Atelier d’élaboration des stratégies de pérennisation des pratiques de commercialisation ;
  • Sensibilisation sur l’ECAGRI ;
  • Sensibilisation à l’Esprit coopératif ;
  • Appuis à la mise en place et à la gestion de 4 fonds dans l’Union (Fonds de commercialisation, semencier, AGR et fonctionnement).

Les unions partenaires du Papakin ont effectivement pu mobiliser 4 différents fonds  pour la mise en œuvre de leurs activités économiques ainsi que pour leur fonctionnement à savoir :

  • Fonds de commercialisation, constitués par les membres de l’Union (OP1), pour mettre en œuvre, le volet commercialisation ;
  • Fonds semencier, constitués grâce au métayage et à la commission perçue sur la vente des semences par les Agri- multiplicateurs ;
  • Fonds AGR, provenant des cotisations spéciales des membres, pour entreprendre des activités lucratives, aux bénéfices des membres ;
  • Fonds de fonctionnement, tirés de la clé de répartition de différents fonds pour financer le fonctionnement de l’Union et des rétrocessions des formations organisées par le partenaire ;

Des fonds de commercialisation pour faciliter les activités commerciales des Unions

Après les sensibilisations et l’atelier organisé en juillet 2019, chaque Union a institué une contribution spéciale que chaque Organisation Paysanne membre de niveau 1 ou ménage devrait payer après une échéance préalablement fixée, pour constituer un fonds de commercialisation dont le montant devait être payé soit en nature ou en espèces.

A ce jour, le fonds mobilisé en interne par les 25 Unions accompagnées dans le cadre du PAPAKIN varie entre 850.000CDF et 26.000.000CDF en vue de soutenir la commercialisation des produits agricoles de leurs membres. Ce fonds a permis à chaque union de démarrer ses activités de commercialisation. Actuellement toutes les Unions pratiquent la vente groupée. Les produits agricoles sont achetés prioritairement auprès des ménages membres, moyennant les fiches de vente individuelle. Puis aux non membres selon le cas, après quoi ils sont évacués vers les grands centres urbains de consommation existant, tels que : la Ville Province de Kinshasa, Kikwit, Idiofa, Gungu, Lusanga, Tshikapa, Kahemba etc.).

Certaines Unions, telle que CCDV/Kwenge (qui dispose de 26.000.000 CDF) vend non seulement sur le marché de Kinshasa mais aussi sur place, étant donné qu’elle est en partenariat avec une industrie de transformation (STRATEGOS) implantée à Lusanga.

Au niveau de chaque organisation, il y a un comité de commercialisation dont le rôle est d’effectuer les achats auprès des membres dans les bassins de production et faire des transactions commerciales.

Un contrat de partenariat est en voie de signature entre l’Union CCDV Kwenge et la société STRATEGOS basé à Lusanga pour que cette dernière effectue sur le labour mécanique de 20 ha de maïs à son compte, avec l’objectif d’augmenter la production de cette denrée et de servir pour cette société.

Des fonds semencier pour pérenniser la filière semencière

En dehors du fonds pour la commercialisation des produits agricoles, les unions paysannes constituent également un fonds semencier pour la pérennisation de la filière semencière au terme du projet prévu en octobre 2020.

Dans le cadre du programme, certains producteurs se sont spécialisés dans la multiplication des semences et produisent les semences de qualité qui sont destinées à l’ensemble des ménages agricoles. Ces semences sont rachetées par PAPAKIN qui en assure la distribution.  Lors de la vente de ces semences, les agri-multiplicateurs rétrocèdent à leurs unions un montant variant entre 10 à 30% du montant reçu après la vente des semences pour constituer un fonds semencier en vue de pérenniser la filière semencière. Cas de : UPAK 2000$, UDBA 1000$, ACOSIR 1000$, UPDM 1331$, UFD 1400$, REPROV 1400$, UOPA EKUBI : 1760$, UOPAM 2800 $.

Les unions pratiquent aussi le métayage grâce à nos appuis conseils. Les ménages agricoles ayant bénéficié des semences lors de la dissémination remboursent à l’union le double de la quantité reçue.

Des fonds pour la réalisation d’AGR

Certaines unions paysannes ont mis en place les AGR qui sont opérationnelles notamment dans les unions ci-dessous :

  • REPROV : mise en place d’une boutique d’intrants agricoles et produits divers dont le capital est évalué à 2.400.550 CDF ;
  • UOPA–EKUBI et UOPA NKARA assurent la vente de carburant, cela représente les capitaux respectivement de 2.336.800 CDF et de 180 000 CDF ;
  • UOPAM Mungindu avec la vente de produits pharmaceutiques pour une valeur de 500 $
  • ACOSIR avec l’élevage des porcs et dispose actuellement de 17 truies dont la valeur d’achat s’élevait à 595 000 CDF ;
  • UPDB avec l’élevage des porcs : 2 truies et 11 verrats ;
  • UPRKB est dans la vente à crédit et mise en place du service M-pesa, dont le capital initial est de 240 000 CDF;
  • CCDV Kwenge, URPADDC, UDBA, CSEK, UOPAM, REPROV, UOPA EKUBI, UPRKB ont acheté les imprimantes avec les kits solaires pour l’impression et photocopies des documents au public.

Des fonds de fonctionnement pour garantir l’autonomie des Unions

Chaque union dispose d’un fonds de fonctionnement constitué des cotisations mensuelles des membres, droits d’adhésion des nouvelles OP, pourcentages issus de rétrocession des formations organisées par Inades-Formation RDC.

Les appuis d’Inades-Formation aux Unions partenaires du PAPAKIN en 2019 et en 2020 ont donné des résultats visibles au sein des Unions paysannes. Ils ont permis aux Unions aux caisses pratiquement vides, de disposer à ce jour de ressources financières, des fonds importants.

Des efforts restent cependant à fournir par les Unions pour bien gérer ce fonds et générer des revenus pour le développement de leurs activités. Avec la construction des centres de transformation, il faudra encore mobiliser beaucoup de moyens pour faire fonctionner ces centres avec la transformation du manioc en micro -cossettes etc.

Brigitte KIKOKO / Chargée de programme PAPAKIN / Inades-Formation RD Congo