Dans le but d’améliorer sa structuration et de renforcer les capacités de ses membres pour mener à bien ses actions, la plateforme d’échanges et de promotion de l’Agriculture Familiale au Tchad en abrégé PEPAF-Tchad, a démarré depuis janvier 2020 un projet de « renforcement structurel et des capacités des OSC pour la promotion de l’Agriculture Familiale et la lutte contre la pauvreté au Tchad ». Le lancement officiel de ce projet a été réalisé le 24 mars 2020.

Le  24 mars 2020, la PEPAF-Tchad a organisé un atelier de lancement officiel de son projet de « renforcement structurel et des capacités des OSC pour la promotion de l’Agriculture Familiale et la lutte contre la pauvreté au Tchad ». Ce projet, financé par l’Agence Basque de Coopération au Développement (ABCD), pour une durée de 2 ans, doit permettre au PEPAF-Tchad de s’outiller pour mieux répondre à sa mission de promotion de l’agriculture familiale sur toute l’étendue du territoire tchadien.

La PEPAF-Tchad, plateforme d’échanges et de promotion de l’Agriculture Familiale au Tchad est née le 15 septembre 2011, de la volonté d’Inades-Formation, d’ACCORD et d’autres organisations de la société civile du Tchad, à la faveur de la célébration de l’Année Internationale de l’Agriculture Familiale (AIAF 2014). Financée par l’ABCD à travers le Forum Rural Mondial, la PEPAF-Tchad est engagée dans le plaidoyer pour la promotion de l’agriculture familiale et l’amélioration des conditions de vie des Agriculteurs familiaux au Tchad.

Plus de 40 participants venant de N’Djaména et des quelques provinces du pays, ont pris part à l’atelier de lancement.

Cet atelier a permis d’informer et de sensibiliser les organisations de la société civile membres de la PEPAF-Tchad et ses partenaires sur l’initiative de promotion de l’Agriculture Familiale au Tchad et sur la PEPAF-Tchad. Il a également permis de partager, de questionner et de recueillir les impressions des participants sur la démarche et la méthodologie de mise en œuvre du projet.

Les intervenants à la cérémonie officielle ont remercié les participants et les  partenaires et rappelé l’importance de l’agriculture familiale au Tchad et déploré les difficulté auxquelles elle est soumise.

Ainsi, dans son allocution, le Directeur d’Inades-Formation Tchad a remercié les participants pour leur déplacement en dépit de la crise sanitaire particulièrement inquiétante du fait de la pandémie du Coronavirus. Selon lui, l’Agriculture Familiale assure une fonction essentielle pour les familles tchadiennes pour qui, elle sert à la fois de moyen de subsistance et de mode de vie. Bien que cette forme de production agraire soit source de plus de 80% de l’alimentation des populations tchadiennes, cette agriculture demeure mal connue et fait face à des contraintes et des défis majeurs nécessitant l’implication de tous les acteurs. Dans cette logique, l’organisation des acteurs et particulièrement des Agriculteurs Familiaux pour une prise en main de leur destin se trouve être la démarche idéale. D’où  le projet de renforcement de sa structuration et des capacités de ses membres, proposé par  la PEPAF-Tchad.

A gauche, le Directeur d’Inades-Formation Tchad, M. Sidjim Abakar et à droite, le SG Adjoint du Ministère de la Production, de l’Irrigation et des Equipements Agricoles

A sa suite, le Secrétaire Général Adjoint du Ministère de la Production, de l’Irrigation et des Equipements Agricoles, procédant au lancement officiel du projet a remercié Inades-Formation Tchad et son partenaire le CNCPRT pour leur noble mission d’appui aux populations rurales, au Forum Rural Mondial d’avoir facilité l’accès au financement du projet et à l’Agence Basque de Coopération pour le Développement qui a bien voulu financer ce projet. Il a en outre, remercié les participants pour l’intérêt qu’ils accordent à l’Agriculture Familiale au Tchad à travers leur déplacement. Selon le SGA, le projet s’insère bien dans la volonté du Gouvernement tchadien exprimée dans sa vision 2030 « fin zéro », celui accroître durablement les productions, sources de nourriture et créatrices d’emplois et des revenus pour les familles. Il spécifie qu’au Tchad 80% de populations actives vivent de l’Agriculture Familiale alors que cette Agriculture souffre de beaucoup de maux tels que l’inaccessibilité aux instruments légaux de financement pour les petits exploitants agricoles ; les différents conflits récurrents liés au partage des facteurs de production comme la terre, l’eau et la gestion de l’environnement ; l’envahissement des OGM et l’utilisation incontrôlée des produits phytosanitaires non homologués, etc. Il souligne par ailleurs que les producteurs de ce secteur demeurent, malgré les nombreux efforts du Gouvernement et de ses partenaires, fragiles et n’ont pas la capacité à s’engager dans le débat sur les politiques agricoles. Paradoxalement que cela puisse paraître, les femmes et les jeunes qui constituent l’épine dorsale de ce secteur ont un accès très limité aux facteurs de production, au contrôle et à la propriété des moyens de production comme la terre. C’est pourquoi, il apprécie à sa juste valeur ce projet qui consacre un volet entier de ses actions aux femmes notamment à travers la réduction des inégalités de genre et la prise en compte des intérêts des femmes dans la structuration de la PEPAF-Tchad.

Inades-Formation Togo organise une série de formation sur l’agriculture organique régénérative

Téléchargez la fiche d’inscription

Dates :

  • Du 14 au 17 Septembre 2020
  • Du 21 au 24 Septembre 2020

 

Lieu : INFA de Tové – Togo

Objectifs : Contribuer à la transition agroécologique des exploitations agricoles au Togo

 

Peuvent prendre part aux formations :

  • Les producteurs agricoles
  • Les centres de formation agricole et professionnelle
  • Les ONG et associations locales (les structures partenaires du PMF/FEM du PNUD sont vivement encouragées)
  • Les enseignants/formateurs en sciences agronomiques
  • Les cadres de départements ministériels de l’agriculture.

 

Conditions de participation

  • Inscription : 5 000 F
  • Frais de participation : 20 000 F CFA avec hébergement, déjeuner et pause-café
  • Le déplacement sur le lieu de la formation est assuré pour les participants qui quitteront Lomé.
  • Déplacement interne (lieux d’hébergement au lieu de la formation) est assuré.

Lieu d’inscription :

Siège d’Inades-Formation Togo, carrefour GTA, non loin de Beneficial life, ou par mail :

inadesformation.togo@inadesfo.netaudrey.fetort@inadesfo.net .

 

Contenu de la formation

  • Production rapide des engrais organiques et technique de Biochar,
  • Fabrication des biopesticides,
  • Préparation des stimulants de croissance des plantes,
  • D’autres modules encore plus intéressants…

Téléchargez l’affiche de l’activité

Téléchargez la fiche d’inscription

Satisfaction au niveau des acquis, intégration de l’approche territoriale et redynamisation de la vie associative

Les rideaux sont tombés sur la 20ème Assemblée Générale Ordinaire d’Inades-Formation Togo. Ce fut l’occasion pour l’association de faire le point sur les activités réalisées en lien avec les ressources mobilisées durant l’année 2019 et de définir les perspectives pour la nouvelle année. Initialement prévue pour les 03 et 04 Avril 2020, cette assemblée ordinaire ne se tiendra que les 17 et 18 juillet 2020 en raison de la crise sanitaire. Les travaux se sont déroulés dans des conditions contraignantes ; respect des mesures barrières oblige !

L’Assemblée Générale donne un quitus favorable pour l’exercice 2019. Neuf projets, relevant des domaines agricole, environnemental, du développement inclusif et de la microfinance communautaire, ont été exécutés à un taux de 86%. Un bilan satisfaisant avec des résultats probants malgré les différentes contraintes.

Pour le compte du programme d’appui au développement de l’agriculture familiale, deux projets ont été réalisés. Le 1er porte sur la promotion et la valorisation des Vivres de Souveraineté dans la préfecture d’Amou et les localités de Atti –Atovou, Ahepé et Yobo. Le deuxième est relatif aux différentes propositions de contribution à la Loi d’Orientation Agricole en cours d’élaboration ; ceci, dans le cadre de la Plateforme Nationale de Promotion de l’Agriculture Familiale au Togo (PNAFAT). Au niveau de la gouvernance inclusive et la citoyenneté, Inades-Formation Togo a essentiellement travaillé pour l’inclusion des personnes handicapées dans le développement local en renforçant l’appui à l’autonomisation des personnes handicapées dans les préfectures de Vo, Bas-Mono, Kpélé et Kozah. Au niveau de la gestion des ressources naturelles, six projets ont été mis en œuvre. Ils portent sur la résilience au changement climatique dans les préfectures de Kpélé et d’Agou, la restauration des forêts communautaires dans le septentrion, la promotion de l’agroécologie, la formation sur les pratiques innovantes en matière d’agriculture organique régénérative sur l’ensemble du territoire nationale et la promotion de l’intégration du moringa dans l’alimentation dans la préfecture de Tchamba.

« Globalement, le contexte dans lequel le bureau national a travaillé a été un peu difficile. Mais nous avons pu avec les partenaires à la base, les bénéficiaires des différentes actions, évaluer le niveau de satisfaction. A travers les changements et effets obtenus dans la mise en œuvre des différentes actions, nous pouvons dire que c’est avec satisfaction que nous avons bouclé l’année 2019 » a précisé la Directrice de l’institution Sélome ADOUSSI HOUETOGNON. Les défis à relever cette année, poursuit-elle, restent énormes. « Il s’agira de pérenniser les acquis des actions en cours, de mobiliser des ressources pour étendre les actions qui ont fait leur preuve ailleurs ; notamment l’inclusion et l’autonomisation de la personne handicapée ; la transition agroécologique et la promotion de la consommation des produits locaux».

Un autre défi, non des moindre de l’association, c’est d’impacter les territoires à travers les initiatives de développement. ‘’Le développement territorial au centre de l’action de l’action d’Inades-Formation Togo’’ ; c’est d’ailleurs le thème qui a retenu les attentions au cours de cette 20ème Assemblée Générale Ordinaire. Un thème qui selon le Président du Conseil d’Administration Boukari AYESSAKI, revêt d’une importance capitale.

« Notre travail d’accompagnement des alternatives de développement ne peut véritablement prendre corps que s’il y a un mouvement qui accompagne ce processus. D’où la nécessité de voir le caractère inclusif de notre contribution à servir le bien commun dans un territoire donné. C’est cette préoccupation qui nous a conduit dans un premier temps, à mener une réflexion au niveau national puis international. Il s’est agi de sonder les voies et moyens qu’il faut emprunter ; les mécanismes qu’il faut mettre en place pour réussir ce développement territorial. Aussi faudra -t-il développer et contextualiser au niveau du réseau, une politique de développement territorial ; et donc prendre en compte nos forces actuelles et bien sûr les défis auxquels nous sommes confrontés en termes de connaissance du milieu et l’engagement des parties prenantes sur le terrain. Une cartographie s’avère indispensable pour mieux comprendre les enjeux au niveau local, régional et national avant de pouvoir définir les stratégies opérationnelles », a-t-il poursuivi.

Autre chantier ouvert, la redynamisation de la vie associative. Des efforts doivent être faits pour baliser la voie en vue d’une meilleure implication des associé(e)s dans la vie du bureau national et au niveau du réseau. L’Assemblée Générale Ordinaire, édition 2020, a enregistré sept nouvelles adhésions portant le nombre d’associé(e)s à 49 personnes physiques ou morales actives, cinq membres d’honneur et un membre sympathisant, soit un total de 55 membres.