Timothy Masai a 40 ans, il est pasteur dans l’une des églises de Musengo et membre du FONSDEV Musengo.

Le Fonds de solidarité pour le développement (FONSDEV) est un modèle de microfinance rurale conçu pour répondre aux besoins financiers en milieu rural. Le modèle offre aux communautés rurales une plateforme pour mobiliser leurs ressources financières sous forme d’épargne de leurs membres et les redistribuer sous forme de microcrédits pour des activités de développement social et économique. Il y a actuellement six unités dans l’Est du Kenya soutenues par Inades Formation Kenya dans le cadre du partenariat avec Bread for the World.

Timothy a rejoint le FONSDEV en 2014 avec beaucoup de réticences suite à ses déceptions et aux restrictions imposées par d’autres groupes financiers communautaires. Fort du désir de devenir un jeune chef de famille, Timothy, marié et père d’un enfant, n’a toutefois pas eu accès à une somme d’argent importante pour acheter sa propre parcelle de terre et faire de l’agriculture comme il le souhaitait.

Il dit, Ingawaje nilikuwa naweza tafutia familia yangu iliyokuwa tu inaanza chakula, nilitamani kumiliki shamba yangu ambapo ningejengea familia, nifanye ukulima wa chakula chakula chakula kama familia na pia ukulima wa biashara ; (même si je pouvais fournir de la nourriture à ma famille naissante, je voulais posséder un terrain où je pourrais  fournir encore plus de nourriture à ma famille, construire une maison et aussi faire de l’agro-industrie afin d’améliorer ma vie économique).

La confiance de Timothy dans le groupe s’est renforcée lorsqu’il a assisté à sa première assemblée générale annuelle et s’est rendu compte que la structure de gouvernance du FONSDEV Musengo et la gestion de ses ressources financières étaient solides par rapport aux autres groupes financiers communautaires de la région. Il a commencé par emprunter de petits montants de crédit pour valider ses observations et, en 2015, Timothy avait acquis une confiance totale en ce groupe. Dans la même année, il a été élu au poste de fonctionnaire.

En 2016, il a commencé à construire son capital social afin d’emprunter un montant substantiel pour réaliser son rêve d’acheter sa propre parcelle de terrain. Timothy a réussi à obtenir un accord avec le propriétaire du terrain pour payer le terrain en deux versements de Kshs. 200 000 chacun. Ce qu’il a pu faire entre 2016 et 2017, il termine actuellement le remboursement de son deuxième prêt. Il a ensuite obtenu plus d’argent d’une autre source pour commencer à cultiver sa terre et espère faire tout ce qu’il a désiré pour sa famille et s’assurer que la direction du FONSDEV Musengo est responsable des opérations quotidiennes.

Timothy exprime sa sincère gratitude au FONSDEV et entrevoit un avenir meilleur pour lui et sa famille de deux enfants.

 

 

En parcourant 70 kilomètres depuis la ville de Machakos, vous rencontrerez le groupe d’entraide Nthuva à Kathama qui compte 23 membres. Les membres du groupe vivent de la production de cultures tolérantes à la sécheresse (DTC) et de légumes. Les DTC sont adaptés au climat de la région et les agriculteurs ont une récolte garantie même pendant les saisons de faibles précipitations.

La consommation des cultures tolérantes à la sécheresse a diminué au fil des ans, la génération actuelle préférant la restauration rapide aux cultures locales.

Cependant, le groupe d’entraide de Nthuva a trouvé un moyen de promouvoir et d’augmenter la consommation des cultures les moins appréciées en faisant cuire des gâteaux et des chapatti (un pain traditionnellement élaboré sans levain ) à partir de farine de manioc, de mil et de sorgho.

Les produits fabriqués à partir de ces DTC sont connus pour être plus nutritifs et le groupe d’entraide Nthuva est souvent sollicité pour préparer de tels aliments lors de manifestations communautaires telles que les mariages.  En raison de la demande accrue des produits au-delà du site de Kathama, le groupe forme d’autres groupes d’entraide sur la valeur ajoutée de la DTC afin de promouvoir la consommation.

 

Un séchoir solaire pour faciliter le séchage des feuilles sèches de niébé 

La région de Kathama étant une région semi-aride et dépendant fortement de l’agriculture pluviale, la plupart des ménages n’ont pas de légumes verts dans leur alimentation. Le groupe d’entraide de Nthuva parvient à combler cette lacune en séchant les feuilles de niébé. Auparavant, le séchage des feuilles de niébé se faisait à l’ombre et prenait 5 jours, mais grâce à un séchoir solaire, les agriculteurs font sécher leurs produits en deux jours maximum. Pour améliorer la production agricole par de meilleures méthodes agricoles, de la valeur ajoutée et de la commercialisation, Inades Formation Kenya avec l’appui de Bread for the World a acheté un séchoir solaire qui a réduit le gaspillage post-récolte et donc augmente les volumes, ce qui se traduit aussi par des profits plus élevés.

Au cours de la saison précédente, les agriculteurs du groupe d’entraide Nthuva ont séché plus de 2 000 sacs de feuilles de niébé qui ont été emballés dans des sacs en papier de 1 kg. Ces feuilles sont stockées pour la consommation pendant la saison sèche. Ils ont également séché 5 seaux de manioc. Une fois le manioc séché, il est broyé en farine mélangée à du sorgho, du millet et de la farine de maïs pour préparer la bouillie et l’ugali. Le produit mélangé est très nutritif et recommandé pour tous les membres du ménage.

Les agriculteurs du groupe de Nthuva séchant des feuilles de niébé et du manioc à l’aide d’un séchoir solaire

Tous les membres du groupe cultivent le niébé pour la consommation domestique et l’utilisation commerciale. Deux jours par semaine, les membres du groupe ont la possibilité de sécher individuellement leurs légumes pour un usage domestique tandis que les autres jours de la semaine, ils sèchent les légumes pour les vendre dans les magasins de détail situés à proximité. Outre l’amélioration de la nutrition, l’augmentation de la consommation de DTC, le groupe a réussi à concevoir de meilleures stratégies de commercialisation de leurs produits pour assurer leur retour sur investissement. Une partie de leurs revenus est épargnée dans la microfinance rurale SOFDEV, un modèle conçu pour répondre aux besoins financiers en milieu rural.

 

En perspective, le groupe prévoit mettre à l’essai le séchage des mangues cette saison afin de faire en sorte que le produit soit disponible même après la fin de la saison des mangues. Il prévoit également de louer un terrain qui facilitera la production de légumes à grande échelle et d’élargir la base de marché des produits au-delà du site de Kathama. Les membres du groupe veulent obtenir une parcelle de terre à proximité d’une source d’eau constante afin de planter les produits DTC dont ils ont besoin tout au long de l’année sans avoir à attendre les pluies. Le groupe autonome Nthuva a bénéficié du partenariat entre Karlo et Inades Formation qui lui a permis de disposer d’une pompe lucrative qui sera utilisée pour la production à grande échelle du DTC. Il veut également obtenir de bons matériaux d’emballage pour ses produits, y compris pour la marque.