Mise en route du Projet d’appui au renforcement de la résilience et la cohabitation pacifique des communautés du Bassin du Lac Tchad

Inades-Formation Tchad, Inades-Formation Cameroun et leurs partenaires ont lancé la mise en œuvre du projet d’appui au renforcement de la résilience et la cohabitation pacifique des communautés du Bassin du Lac Tchad.

C’est est un projet transfrontalier d’accompagnement de la résilience des groupes de jeunes à travers le développement entrepreneurial du maraîchage et de la pêche dans un environnement sécurisé, par l’apprentissage, l’adoption et l’innovation des instruments de production et d’accès aux marchés.

Il a qui a pour objectif de soutenir les populations de sept arrondissements/sous-préfectures du Cameroun et du Tchad, les plus vulnérables à s’organiser et à prendre des dispositions collectives pour la sécurité de leurs territoires, la cohabitation pacifique et l’amélioration de leurs moyens d’existence.

 

En effet, dans le Bassin du Lac Tchad, la pauvreté s’accentue et s’enracine davantage dans les ménages, malgré les efforts consentis par les Gouvernements concernés et les partenaires au développement, pour améliorer le bien-être des populations, en majorité constituées de jeunes.  Dans la région de l’Extrême-Nord du Cameroun, seul 24 % de la population vit en zones urbaines. Au Tchad, seulement 21,8% de la population vit en ville.

L’agriculture, l’élevage, la pêche et le commerce (interne et transfrontalier), constituent l’essentiel des moyens d’existence de cette population, principalement des populations riveraines du fleuve Logone au Cameroun et au Tchad.

Dans cet espace rural frontalier, les ménages sont confrontés à des pénuries alimentaires dues au changement climatique. La zone connaît, soit des sécheresses, soit des inondations, qui perturbent les productions agricoles et animales. Une menace climatique aggravée par l’insécurité qui règne dans la région, suite aux actes terroristes.

 

Le projet devra conduire :

  • à l’amélioration de la situation sécuritaire des 7 arrondissements/ sous-préfectures du Cameroun et du Tchad  grâce aux actions collectives des populations.
  • à l’amélioration des moyens d’existence des populations des sept arrondissements/sous-préfectures du Cameroun et du Tchad, surtout les jeunes.
  • les populations des 03 régions du Cameroun et du Tchad à jouir davantage des libertés publiques, libertés d’entreprendre et liberté de circulation.

 

Le projet est mis en œuvre dans les arrondissements de Kousseri, Logone Birni et Mora au Cameroun, et dans les sous-préfectures de Loumia, Logoun Gana, Ndjamena Fara et Mani au Tchad.

Le groupe cible du projet est constitué des populations jeunes vivant dans les trois arrondissements  et les 4 sous-préfectures.

 

Sont partenaires porteurs du projet :

  • Comités de développement cantonaux (Cameroun)
  • Associations de développement cantonales (Tchad)
  • Groupes de jeunes maraîchers
  • Groupes de pêche des jeunes
  •  Groupements villageois d’épargne et crédit
  • Plateformes régionales de plaidoyer

La Plateforme d’Echanges et de Promotion des Politiques Publiques en faveur de l’Agriculture Familiale au Tchad (PEPAF-Tchad) voit le jour

Une Plateforme d’Echanges et de Promotion des Politiques Publiques en faveur de l’Agriculture Familiale au Tchad (PEPAF-Tchad) a vu le jour le 15 septembre 2017.

 

Table de séance à l’ouverture de l’atelier

L’atelier de lancement de la plateforme, présidé par le Secrétaire général du Ministère de la Production et des Équipements Agricoles a enregistré la participation de hautes personnalités et notamment le Vice-président de la Commission Agriculture et Développement Rural de l’Assemblée Nationale du Tchad et des représentants des institutions du Système des Nations Unies (FAO, PNUD). L’atelier a mobilisé 45 participants dont les représentants des Organisations de Producteurs et les Organisations de la Société Civile (ONG, Centres de recherche, Institutions d’encadrement et de vulgarisation du secteur agricole, des organisations de consommateurs, des organisations de journalistes).

Cette plateforme naissante a pour vision : « Une agriculture familiale nourricière de la population tchadienne, de la Terre-mère et source d’une vie digne pour les familles agricoles ».

Pour y parvenir, la plateforme s’est donnée comme mission de « plaider pour l’élaboration et la mise en œuvre effective de politiques adéquates pour soutenir le développement de l’agriculture familiale au Tchad ».

Les principales pistes d’actions envisagées sont les suivant :

  • Analyser et faire des propositions de politiques, permettant d’améliorer les conditions de travail et de vie des exploitants agricoles familiaux au Tchad.
  • Contribuer aux initiatives régionales et internationales visant la mise en place de véritables politiques en faveur du développement durable des systèmes agricoles basés sur le noyau familial.
  • Renforcer la légitimité des Associations agricoles paysannes et assurer que leurs propositions et demandes sont prises en compte dans les politiques agricoles.
  • Sensibiliser la société civile et tous les acteurs sociaux à l’égard du rôle primordial de l’Agriculture familiale dans le développement économique, social, culturel et environnemental au Tchad.
  • Promouvoir des mesures politiques spécifiques en soutien aux femmes et aux jeunes dans le secteur agricole.

Une vue des participants à l’atelier

Cette plateforme a été lancée à l’initiative d’Inades-Formation Tchad, ACORD Tchad, et la CNCPRT. L’atelier de lancement, en préparation depuis plus de 04 mois a été soutenue financièrement par Le Fonds d’appui aux CNAF et a bénéficié de l’accompagnement technique du Secrétariat général d’Inades-Formation.