Programmes structurants

Les quatre principaux programmes structurants d’Inades-Formation

Systèmes alimentaires basés sur l’agriculture familiale

Promouvoir les systèmes alimentaires basés sur l’agriculture familiale pour garantir une alimentation saine, diversifiée et durable pour tous.

 

Inades-Formation s’engage fermement dans la promotion des systèmes alimentaires basés sur l’agriculture familiale, une agriculture qui repose sur l’exploitation durable des ressources naturelles.

Le choix de travailler sur les systèmes alimentaires se justifie par le fait que les systèmes alimentaires vont au-delà de la simple production pour prendre en compte tout ce qui se passe depuis le champ jusqu’à l’assiette. C’est-à-dire toute activité de la production à la consommation en passant par la transformation des produits alimentaires.

Agir sur les systèmes alimentaires revient donc à agir sur les modes de production alimentaire et donc sur les modes d’exploitation et d’appropriation de la terre, la reproduction et la sélection des espèces végétales, les modes de culture et d’élevage, la transformation, le transport et le stockage, l’emballage, la distribution et la commercialisation des denrées alimentaires, l’acquisitions des aliments par les ménages, la cuisson des aliments, etc.

Tout ce qui touche à l’alimentation conditionne l’homme, sa santé et même le fonctionnement de la société. C’est donc le lieu d’agir sur la transformation du fonctionnement de la société puisque le changement dans le domaine est multidimensionnel et multisectoriel.

Le programme « Systèmes alimentaires basés sur l’agriculture familiale » vise une alimentation saine et durable pour tous. Il repose sur les initiatives visant à :

– produire durablement et rendre accessible, en quantité et qualité suffisantes, des ressources pour l’alimentation saine, tant dans les villes que dans les campagnes ;

– exploiter le patrimoine naturel (terres, semences, eau, forêts, etc.) de manière responsable pour le bienêtre commun et l’entretenir soigneusement pour le transmettre aux générations futures ;

– promouvoir le bien-être et la dignité de tous et de toutes – producteurs, transformateurs, commerçants, consommateurs, ruraux et urbains, hommes et femmes.

– privilégier l’auto-détermination et le contrôle politique, social et économique par tous ceux qui y prennent part et qui en vivent.

Micro-finance communautaire

Le programme structurant micro-finance communautaire reflète :

  • La vision orientée vers l’intérêt général (solidarité, économie re-distributive, équité).
  • La capacité à augmenter le capital social individuel et communautaire (soutenabilité).
  • Le fait que chaque individu ou groupe d’individus peut avoir des ressources à un moment et en manquer une autre fois (économie re-distributive).
  • Le système de fonctionnement qui favorise le contrôle démocratique (auto gestion, mode de fonctionnement basé sur les principes et normes mises en place par la communauté elle-même, le système de renouvellement des instances de manière régulière).
  • Le principe selon lequel le bénéfice monétaire n’est pas la priorité mais plutôt le bénéfice social (économie redistributive, solidarité).
  • Le principe selon lequel l’argent devient un moyen et non une fin en soi (solidarité, soutenabilité).

Gouvernance inclusive

 Le travail sur ce programme structurant permet de :
  • promouvoir des initiatives qui prennent en compte des réalités spécifiques culturelles, environnementales, économiques, sociales d’une communauté à l’échelle du territoire d’une part et de saisir des opportunités qu’offrent les échanges interculturels et les principes universels (ouverture aux autres et respect des
    différences culturelles et religieuses).
  • répondre à la menace de la privatisation des biens communs locaux et permet de travailler sur l’autonomisation des gouvernements locaux par la promotion de l’économie locale re-distributive et la promotion de l’interdépendance entre les territoires (économie re-distributive, intérêt général, équité).
  • se mettre au service du développement équitable et la réduction des inégalités (équité entre les catégories sociales).
  • changer de paradigme pour un nouveau paradigme « Servir le bien commun à l’échelle familiale, communautaire, territoriale, nationale » (culture de l’intérêt général, soutenabilité, contrôle citoyen).

Changements Climatiques

Pourquoi le changement climatique devrait être un large domaine thématique ?

  • Le changement climatique est un problème mondial et local qui affecte le bien- être des sociétés, menant à une mauvaise exploitation du bien commun ;
  • Les autres grands domaines thématiques (systèmes alimentaires, gouvernance inclusive et micro-finance communautaire) échoueront si le changement climatique n’est pas abordé comme chantier ;
  • Grâce à ce programme, nous allons renforcer la créativité pour la résistance ou résilience aux chocs et les effets des forces qui touchent d’autres secteurs de programmes existants.
  • Le travail sur le changement climatique apportera des alternatives aux moyens de subsistance ou des stratégies pour les moyens de subsistance. Cela comprend : les énergies alternatives, la gestion durable des déchets , l’éducation civique sur le changement climatique et l’environnement, les mesures de conservation et des systèmes de conservation de l’eau.