Atelier régional sur le partage et l’adoption des bonnes pratiques agricoles.

Atelier régional sur le partage et l’adoption de bonnes pratiques à promouvoir en matière d’appui à la production durable des vivres de souveraineté

A l’issue de l’assemblée générale de 2013, Inades-Formation a pris sa position en faveur de la souveraineté alimentaire. Par la même occasion, Inades-Formation s’est engagé à promouvoir les systèmes alimentaires basés sur l’agriculture familiale. Ce choix est devenu un des programmes structurants qui canalisent les énergies du réseau Inades-Formation.  L’enjeu est de faire des systèmes d’exploitation familiale agricole ; un moyen pour nourrir durablement et les campagnes et les villes d’une part et de l’autre, promouvoir l’économie locale.

Parmi les alternatives à promouvoir, figure la promotion de vivres de souveraineté.

Les vivres de souveraineté sont des produits alimentaires d’origine végétale et animale, historiquement ancrés dans les habitudes alimentaires des populations d’une région donnée, dans les échanges commerciaux, dans les pratiques culturelles. Ils sont reconnus pour leur résistance aux changements climatiques, leur qualité nutritionnelle, leur faible dépendance vis-à-vis des intrants de synthèse et leur rôle important dans la dynamisation de l’économie locale. Il s ‘agit des produits pour lesquels les populations ont développé un savoir et savoir-faire cumulé en matière de production et de diversification des usages.

Dans le cadre du projet « valorisation des vivres de souveraineté pour une alimentation suffisante, saine, durable des populations des pays africains au Sud du Sahara », mis en œuvre dans 8 pays du réseau, cinq vivres de souveraineté plus présents dans les habitudes agro-pastorales et alimentaires des pays d’intervention ont été retenus. Il s’agit du mil, du sorgho, du niébé/haricot, du fonio et du poulet local.

Ils se regroupent en regroupent en trois familles de vivres de souveraineté à savoir les céréales de souveraineté, les légumineuses de souveraineté, les poulets de souveraineté

L’un des objectifs spécifiques du projet est que « les acteurs appuyés améliorent durablement le niveau de productivité des vivres de souveraineté et de leur production dans la zone d’intervention » avec comme résultat attendu « Les producteurs / productrices appuyés adoptent de bonnes pratiques culturales et respectueuses de l’environnement ».

C’est donc pour répondre à cette attente que ce présent atelier est organisé. Il doit permettre aux parties prenantes au projet de définir la démarche cohérente en matière de promotion de bonnes pratiques en matière d’appui à la production durable des vivres de souveraineté à promouvoir.

Les huit pays qui mettent en œuvrent le projet sont attendus à cet atelier qui se déroulera du 11 au 15 septembre 2017 à Abidjan.