Articles

Les pesticides sont des substances utilisées pour lutter contre des organismes considérés comme nuisibles (mauvaises herbes, insectes, champions…). C’est un terme générique qui rassemble les insecticides, les fongicides, les herbicides et les parasiticides, conçus pour avoir une action biocide ou d’élimination des organismes nuisibles précités. Ils sont des produits issus du progrès de la chimie minérale qui s’est développée au 19eme siècle, notamment à travers la mise en place du dichlorodiphényltrichloroéthane connu sous le nom de DDT mais rapidement interdit sur les marchés[1].

Au Tchad, l’emploi des produits chimiques en général et les pesticides en particulier a véritablement commencé avec l’introduction du Coton en 1927 par l’Association Cotonnière Française dans l’espace colonial A.E.F (Afrique Equatoriale Française), même si déjà dans les années 1918, les Belges commencent à poser la base de l’industrie du Coton avec certains produits de protection phytosanitaires[2].

Depuis lors, plusieurs types de pesticides tels que le DDT connu sous le nom vulgaire « Ladrine », le patcha RS, le PESTOX… sont utilisés régulièrement comme insecticides par les producteurs. Certains producteurs utilisent l’AminoForce2,4-D ; le Phénols nitrés, les amides, ou d’autres produits pour éliminer les mauvaises herbes avant l’installation de certaines cultures maraîchères et le sorgho de décrue « bérbéré » comme ce fut le cas relevé dans les photos ci-dessous d’un champ traité au « Rundong », un herbicide non homologué avec un effet de destruction systématique de toute graminée dans un champs d’un exploitant à Loumia dans le Chari-Baguirmi.

Echantillon de graminée détruite par l’herbicide

Constats de la dangerosité des pesticides dans les zones d’intervention d’Inades-Formation Tchad

Dans les zones d’intervention d’Inades-Formation Tchad en dépit des appuis conseils, des formations et sensibilisation réalisés au profit des producteurs accompagnés à travers les projet et programmes, certains producteurs maraichers utilisent beaucoup des herbicides de tout genre et sans le respect des normes sécuritaires et de protection. En effet, on constate que le DDT produit utilisé dans la protection du coton et interdit déjà dans le marché agricole est utilisé pour la protection du Niébé contre certains coléoptères et bruches ou sur les cultures maraîchères notamment les choux contre les papillons succès et la teigne.

Or, ce sont des produits dangereux pour l’organisme humain et surtout pour d’autres insectes non ciblés mettant ainsi en péril la biodiversité des zones d’intervention. Leur usage sur les produits maraichers et autres cultures comme le niébé constitue un danger pour les agriculteurs eux-mêmes et les consommateurs de ces produits.

C’est pourquoi, dans le cadre de la promotion des vivres de souveraineté à travers les Cercles des Innovateurs Locaux de l’Agroécologie (CILA), Inades-Formation Tchad a réalisé en août dernier, une série de rencontres de sensibilisation des promoteurs de l’agroécologie et les producteurs de semences ( semences homologuées de Sorgho S-35, Mil GB et Niébé T-N 5 et des semences locales par sélection massale) sur les dangers que représentent ces pesticides pour la santé humaine et la destruction de l’environnement et de la biodiversité. Car, dans l’emploi des pesticides, une petite partie parvienne aux ravageurs ciblés. Mais le reste du produit peut soit tomber directement dans le sol et les points d’eau de surface ou peut être ingéré par d’autres insectes et oiseaux et même pour l’homme lorsque les produits traités se retrouvent dans les assiettes des consommateurs.

L’utilisation de ces produits tend à croitre bien que le Tchad dispose, non seulement d’une liste exhaustive des pesticides homologués à l’instar des autres pays du CILSS (Comité inter-Etat de Lutte contre la Sècheresse dans le Sahel) mais également des législations en la matière dont la Loi N° 14/PR/ 95 sur la protection des végétaux.

Rencontre de sensibilisation des producteurs dans le village d’Angoudoum Daoud

Les mesures alternatives envisagées

Comme alternative à l’emploi des herbicides, Inades-Formation Tchad prône une série des techniques et pratiques culturales allant de la rotation des cultures à la lutte intégrée, en passant par la lutte biologique ou le nettoyage du sol et des plantes.

L’accompagnement dans cette recherche d’alternatives, consiste à amener les producteurs à réorienter leurs modes de production, de transformation, de traitement et conservation des produits agricoles vers des méthodes plus respectueuses de l’environnement, de la santé de l’être humain et du milieu.

A cet effet, quatre types d’approches autres que les méthodes chimiques à savoir la lutte physique, la lutte biologique, les biopesticides et la lutte intégrée seront promues. Ces quatre méthodes sont connues depuis bien longtemps, mais avec l’arrivée des pesticides, elles sont peu à peu oubliées non pas par manque d’efficacité mais par la recherche de la facilité et arguments souvent non avantageux avancés par les fabricants et vendeurs des pesticides modernes. Du fait de leurs faibles coûts ou de leur durée de protection qui s’étale sur plusieurs mois, les pesticides restent un danger pour le système de production durable et susceptible de créer une dépendance des agriculteurs.

Cultures sans pesticides chimiques

 

[1] En 1972, l’agence de protection de l’environnement des États-Unis interdit l’utilisation du DDT dans le pays, hormis pour des raisons médicales ou pour l’exportation. Cette décision se fonde sur quatre rapports scientifiques produits entre 1963 et 1969
[2] Annales de géographie  Année 1957  358  pp. 499-508 la culture du coton au Tchad

Inades-Formation Togo organise une série de formation sur l’agriculture organique régénérative

Téléchargez la fiche d’inscription

Dates :

  • Du 14 au 17 Septembre 2020
  • Du 21 au 24 Septembre 2020

 

Lieu : INFA de Tové – Togo

Objectifs : Contribuer à la transition agroécologique des exploitations agricoles au Togo

 

Peuvent prendre part aux formations :

  • Les producteurs agricoles
  • Les centres de formation agricole et professionnelle
  • Les ONG et associations locales (les structures partenaires du PMF/FEM du PNUD sont vivement encouragées)
  • Les enseignants/formateurs en sciences agronomiques
  • Les cadres de départements ministériels de l’agriculture.

 

Conditions de participation

  • Inscription : 5 000 F
  • Frais de participation : 20 000 F CFA avec hébergement, déjeuner et pause-café
  • Le déplacement sur le lieu de la formation est assuré pour les participants qui quitteront Lomé.
  • Déplacement interne (lieux d’hébergement au lieu de la formation) est assuré.

Lieu d’inscription :

Siège d’Inades-Formation Togo, carrefour GTA, non loin de Beneficial life, ou par mail :

inadesformation.togo@inadesfo.netaudrey.fetort@inadesfo.net .

 

Contenu de la formation

  • Production rapide des engrais organiques et technique de Biochar,
  • Fabrication des biopesticides,
  • Préparation des stimulants de croissance des plantes,
  • D’autres modules encore plus intéressants…

Téléchargez l’affiche de l’activité

Téléchargez la fiche d’inscription

Le recours massif aux intrants chimiques conduit à la pollution de l’eau, des sols et de l’atmosphère. En effet, ces dernières années, l’intensification de l’usage des intrants chimiques et la tendance à la monoculture, mettent en danger l’équilibre écologique. Elles déstabilisent les capacités reproductives des sols et la sauvegarde des espèces végétales et animales, et l’environnement climatique.

Dans la région des savanes au Togo et plus particulièrement dans les cantons de Sissiak et de Doukpergou, les producteurs agricoles souffrent des conséquences de la perte de la fertilité des terres agricoles et de la dégradation des ressources naturelles. Les conséquences en sont, entre autres : (i) la chute des rendements des cultures avec pour corollaire une insécurité alimentaire récurrente ; (ii) une diminution des revenus des producteurs et donc une incapacité remarquable des producteurs à subvenir, sans être endettés, à certains besoins de leurs ménages et (iii) une perte des essences ligneuses utiles à l’homme et à son environnement. On observe aussi, dans la production céréalière et maraîchère, une utilisation accrue et inappropriée des engrais minéraux dont la réponse reste très souvent faible et très limitée dans le temps et une utilisation généralisée des herbicides et d’autres pesticides dont les origines sont inconnues.

Face à ces constats et effets négatifs, Inades-Formation a entrepris, depuis novembre 2013, de travailler à la promotion des systèmes alimentaires basés sur l’agriculture familiale, en prenant en compte les enjeux de l’agroécologie.

C’est dans ce cadre que Inades-Formation Togo, en étroit partenariat avec l’Union régionale des organisations de producteurs de céréales des savanes (UROPC-S), met en œuvre le « Projet d’appui à la transition agroécologique des exploitations agricoles familiales pour une amélioration du niveau de souveraineté alimentaire et des revenus des producteurs des cantons de Sissiak et Doukpergou dans la région des Savanes au Togo » sur financement Misereor. Dans la mise en œuvre de ce projet, il est prévu la mise en place de deux unités de production et de commercialisation des intrants organiques dans les deux cantons bénéficiaires.

Une mission d’appui du Secrétariat général (SG) d’Inades-Formation a été organisée pour accompagner l’équipe du projet et les bénéficiaires dans la construction de ce modèle économique. Il s’agit d’un modèle d’économie verte basé sur le développement de l’Entreprenariat collectif agricole autour des intrants écologiques.

Cette mission conduite du 09 au 13 mars 2020 à Dapaong par M. Alphonse KOUAME, Chargé de projets Systèmes alimentaires au SG d’Inades-Formation, appuyé par un consultant national, M. Tchoekewo MAKENOU, a permis de jeter les bases de cette initiative pilote sur l’entreprenariat collectif agricole autour des intrants organiques.

Séance d’échange avec les acteurs sur le site de production d’intrants-organiques à-Sissiak-centre

L’atelier organisé à cet effet a vu la participation de l’équipe projet d’Inades-Formation Togo, des gestionnaires des UOPC (Union cantonale des organisations de producteurs de céréales) et UROPC-S, d’un représentant de l’ICAT (Institut de Conseil et d’Appui Technique, le service national de conseil agricole). Cet atelier a été une occasion pour les participants de s’approprier les contours de l’entreprenariat collectif agricole (ECAGRI) et de l’adapter au cas des intrants organiques.

Deux initiatives ont été visitées sur le terrain. Il s’agit du site de l’Unité en construction à Sissiak centre, une des deux unités de production à mettre en place par le projet d’Inades-Formation Togo et celui de l’unité de production et commercialisation de compost de l’Association Féminine pour la Propreté et l’Hygiène (AFPHY) de Dapaong. Ces visites ont permis d’échanger avec les acteurs sur les initiatives en cours et de collecter des informations et données sur le terrain. Ces informations ont aidé à ajuster ou à consolider certaines stratégies ou actions qui avaient été définies au cours des travaux effectués en atelier.

Séance-d’échange-avec-l’organisation-féminine-AFPHY

Au nombre des principaux résultats obtenus, on note (i) le choix du type d’organisation à mettre en place à Sissiak et Doukpergou, il s’agira de sociétés coopératives simplifiées (SCOOPS) qui porteront le nom d’Unité de production et commercialisation d’intrants organiques (UPCIO) : UPCIO–Sissiak, UPCIO-Doukpergou et définition des organes de fonctionnement et de leur composition ; (ii) le choix des intrants organiques à produire ; (iii) l’estimation des coûts d’installation des unités ; (iv) l’élaboration de la stratégie commerciale pour les UPCIO.

Ainsi, les intrants organiques qui seront produits et commercialisés sont indiqués ci-dessous :

Intrants promus par Inades-Formation

Nom commerciale et étiquette

Emballages

  Biofertilisant    
1 Bokashi UPCIO-Bokashi

Amendement du sol, améliore la structure et la texture du sol

Sac de 50kg

Sachet de 10 kg

2 Supermagro liquide UPCIO-Supermagro

Engrais foliaire riche en Azote

Bidon de 5 l

Bidon de 1 l

3 Phosphite UPCIO-Phosphite

Poudre riche en phosphore, calcium et potassium

Sachet de 1 kg
4 Engrais liquide à base de noix de coco, d’ananas, d’orange et sucre) UPCIO-PK

Engrais foliaire et local riche en phosphore et potassium

Bidon de 1 l

Bidon de 0,5 l

5 Biochar UPCIO-Biochar

Améliore la structure et texture du sol, favorise la vie biologique du sol, Bio charbon

Sac de 50 kg

Sac de 25 kg

  Bio pesticides    
6 APICHI (mélange de piment, poivre noir, ail, alcool et solution d’eau sucré UPCIO-APICHI

Insecticide contre les insectes à corps mous (chenilles, mouche blanche, pucerons, …)

Bidon de 5 l

Bidon de 1 l

7 Bouillon de chaux soufré UPCIO-Fongique

Fongicide

Bidon de 5 l

Bidon de 1 l

8 Huile de neem UPCIO-Neem

Insecticide à large spectre

Bidon de 1 l

 

Un plan opérationnel d’accompagnement et autonomisation des unités de production et commercialisation des intrants organiques a été élaboré et sera mis en œuvre par Inades-Formation Togo. Les apprentissages sur cette initiative pilote aideront à implémenter cette dynamique dans les autres Bureaux nationaux du réseau Inades-Formation.

Communication Secrétariat Général