Articles

Inades-Formation Togo organise une série de formation sur l’agriculture organique régénérative

Téléchargez la fiche d’inscription

Dates :

  • Du 14 au 17 Septembre 2020
  • Du 21 au 24 Septembre 2020

 

Lieu : INFA de Tové – Togo

Objectifs : Contribuer à la transition agroécologique des exploitations agricoles au Togo

 

Peuvent prendre part aux formations :

  • Les producteurs agricoles
  • Les centres de formation agricole et professionnelle
  • Les ONG et associations locales (les structures partenaires du PMF/FEM du PNUD sont vivement encouragées)
  • Les enseignants/formateurs en sciences agronomiques
  • Les cadres de départements ministériels de l’agriculture.

 

Conditions de participation

  • Inscription : 5 000 F
  • Frais de participation : 20 000 F CFA avec hébergement, déjeuner et pause-café
  • Le déplacement sur le lieu de la formation est assuré pour les participants qui quitteront Lomé.
  • Déplacement interne (lieux d’hébergement au lieu de la formation) est assuré.

Lieu d’inscription :

Siège d’Inades-Formation Togo, carrefour GTA, non loin de Beneficial life, ou par mail :

inadesformation.togo@inadesfo.netaudrey.fetort@inadesfo.net .

 

Contenu de la formation

  • Production rapide des engrais organiques et technique de Biochar,
  • Fabrication des biopesticides,
  • Préparation des stimulants de croissance des plantes,
  • D’autres modules encore plus intéressants…

Téléchargez l’affiche de l’activité

Téléchargez la fiche d’inscription

Le projet PRCCRCC (Projet de Renforcement des Capacités Communautaires pour la Résilience aux effets du Changement Climatique) a formé ses bénéficiaires dont des femmes à la fabrication des foyers améliorés utilisant moins de bois comme une des mesures d’adaptation au changement climatique. Comme c’est la femme qui est directement impliquée dans la recherche de bois de cuisine et dans la cuisson des aliments, un accent particulier a été mis sur sa participation pour promouvoir ces foyers au niveau des collines d’intervention du projet.

Les foyers améliorés utilisant peu de bois permettent aux bénéficiaires dont les femmes de consommer moins de bois lors de la cuisson et donc d’exercer moins de pression sur les boisements. Un autre constat est que ces foyers permettent de diminuer la durée de cuisson des aliments et dégagent peu de fumée lors de la cuisson.

Un noyau de formateurs pour faciliter le partage d’expériences entre les bénéficiaires du projet.

Le projet PRCCRCC a formé au niveau des six collines d’intervention un noyau de formateurs formé de 77 bénéficiaires dont 36 hommes et 41 femmes sur les techniques de fabrication des foyers améliorés mobiles et sur la construction des foyers fixes utilisant peu de bois, dans l’objectif de permettre à un grand nombre de bénéficiaires de disposer de ces techniques.

La participation de la femme se situe d’abord dans le travail d’extraction et la préparation de l’argile avant la fabrication, et la mise au four de ces foyers. La femme comme première utilisatrice de ces foyers améliorés, s’implique dans leur vulgarisation au niveau de la colline en vantant leurs vertus. Depuis la formation jusqu’aujourd’hui, 938 foyers améliorés ont été fabriqués par les bénéficiaires du projet et ils continuent d’en fabriquer.

L’utilisation des foyers améliorés au niveau des ménages bénéficiaires constitue une mesure d’adaptation au changement climatique qui permet d’atténuer les effets dans la zone d’intervention et permet également de diminuer de moitié la quantité de bois que les ménages consommaient avec les foyers traditionnels formés de trois pierres.

Ces foyers ne dégagent pas de fumées lors de la cuisson. Cela signifie qu’il y a moins de dégagement de gaz à effet de serre dans l’atmosphère, ce qui augmente la résilience au changement climatique.

Une activité qui valorise la femme.

La fabrication de ces foyers améliorés constitue une activité génératrice de revenus aux bénéficiaires dont les femmes car elle procure des revenus supplémentaires dans les ménages. Ces revenus tirés de la vente de ces foyers permettent aux bénéficiaires et plus particulièrement aux femmes, d’acheter du petit bétail qui leur fournisse de la fumure organique et leur permette d’augmenter la production au niveau de leurs jardins de cuisine. Les femmes formées sont très actives et sont fières de pouvoir fabriquer ces foyers pour toute de la zone d’intervention du projet.

Note de présentation du projet

Inades-Formation met en œuvre un projet qui consiste à identifier dans les pays Africains, des acteurs (ONGs/associations de développement, Instituts de recherche, Organisations Faîtières, Etablissements scolaires/académique, Individus) et à capitaliser leurs expériences, dans deux domaines suivants :

  • Pratiques relatives à l’adaptation des populations rurales au changement climatique et/ou atténuation de ses effets ;
  • Initiatives de gouvernance locale inclusive1 permettant la résilience des populations face au changement climatique.

Un accent particulier sera mis sur les expériences assurant la participation des femmes rurales ou répondant aux besoins des femmes.

Le projet couvre la période 2019-2020. La zone d’intervention est étendue sur trois régions d’Afrique (Ouest, Centre et Est), avec une concentration sur les pays suivants : Burkina Faso, Benin, Togo, Côte d’Ivoire, Sénégal, Tchad, Cameroun, RD Congo, Rwanda, Ethiopie, Kenya, Burundi et Tanzanie.

Concrètement, il s’agira de procéder à l’identification des acteurs qui ont des expériences avérées dans une ou dans les deux catégories de thématiques et de les accompagner pour documenter les apprentissages partageables par rapport au travail réalisé et aux effets déclenchés au sein des commun.

Les acteurs porteurs des expériences en ces deux domaines ou un de ces domaines seront sélectionnés sur la base d’un appel à proposition. Ainsi, les meilleurs acteurs-porteurs d’expériences seront sélectionnés sur la base de leurs contenus techniques, sur leur référence professionnelle et sur leur proposition financière pour documenter une expérience.

Au moins 25 expériences dans chacune de ces domaines (au moins 50 expériences au total) seront sélectionnées. La diversité des acteurs-porteurs, des expériences et des pays seront privilégiées autant que possible.

Ainsi, les acteurs-porteurs des expériences retenues seront initiés à la méthodologie à suivre pour capitaliser leurs expériences. Ils bénéficieront d’un soutien financier pour le travail attendu par expérience retenue pour capitalisation.

Ce travail permettra la transformation de ces expériences en connaissances partageables, la valorisation des actions exemplaires, l’émulation et la mise en échelle dans les pays Africains

et ailleurs. Les produits (supports écrits et audiovisuels) seront mis à la disposition de chaque acteur et diffusés à grande échelle par différents canaux.

Un répertoire des acteurs-porteurs d’expériences sera constitué. Ensuite, une plate-forme électronique de ces acteurs-porteurs sera mise en place et animée pour continuer une dynamique d’échanges des expériences.

Pour rendre les expériences capitalisées accessibles au grand public et valoriser ainsi le travail des acteurs qui les portent, les produits de la capitalisation seront synthétisés sous forme de fiches de présentation qui seront proposées. Ensuite, il y aura une synthèse en un seul document publiable.

Ensuite, quelques expériences exemplaires seront sélectionnées pour la production de supports audio-visuels. Les vidéos montées seront par la suite compilées sur un seul support audio-visuel et mises en partage.

Les supports produits feront l’objet d’une large diffusion à travers la numérisation, mise en ligne, différents canaux – l’organisation d’une conférence publique, la participation à des évènements grands publics pour exposition-distribution, l’exploitation des réseaux dans lesquels Inades-Formation et les acteurs du projet militent, la mise à contribution de leurs partenaires. Il est également envisagé des émissions radiophoniques et télévisées.