Articles

Du 16 au 21 septembre 2019, Inades-Formation a organisé des ateliers de simulation prospective sur la gouvernance foncière inclusive dans trois localités du canton de Tioroniaradougou. Ces simulations sont faites à partir de l’outil TerriStories.

300 participants, c’est environ le nombre de personnes qui ont pris part aux ateliers de simulation prospective de gouvernance foncière inclusive à travers l’outil TerriStories, organisés par Inades-Formation dans le canton de Tioroniaradougou. Parmi ces participants, se trouvaient les autorités coutumières et religieuses, leaders d’opinion ; les responsables d’OSC (les présidents de jeunesses et de femmes); les populations des villages.

Trois localités du canton ont accueilli les ateliers, notamment, la sous-préfecture de Tioroniaradougou, les 16 et 17 septembre 2019 ; la sous-préfecture de Dassoumgboho, les 18 et 19 septembre 2019 et le village Nambékaha, les 20 et 21 septembre 2019.


Vues des chefs traditionnels à Tioroniaradougou

L’objectif de ces ateliers étaient de réaliser des dialogues intercommunautaires autour de l’outil TerriStories, en vue de recueillir la diversité d’expression autour de la gouvernance foncière à Tioroniaradougou. Il s’agissait de manière spécifique de :

  • Etablir des principes d’héritage foncier consensuel en lien avec les principes coutumiers et le droit moderne à Tioroniaradougou
  • Proposer un modèle consensuel de contractualisation (achat, vente, localisation, don, etc.) foncière capable de pérenniser les droits des exploitants et des éleveurs ;
  • Définir des alternatives d’accès durable à la terre pour la femme à Tioroniaradougou ;
  • Déterminer les règles consensuelles de gestion et de prévention des conflits liés à la cohabitation de l’agriculture et l’élevage.

En effet, comme dans beaucoup d’autres contrés en Côte d’Ivoire, dans le canton de Tioroniaradougou, dans le Nord de la Côte d’Ivoire, les règles coutumières de gestion foncière sont très présentes. Des règles qui parfois ne sont pas conformes au droit moderne ou entraînent des conflits familiaux. C’est le cas par exemple des conflits de succession entre les fils et les neveux gestionnaires des terres, liés à l’accroissement des enjeux autour de la terre du fait du développement de l’anacarde. A Tioroniaradougou, la gouvernance foncière coutumière exclue l’appartenance ou la propriété foncière à un individu; elle est la propriété de la communauté, léguée aux générations suivantes selon des règles particulière.

Jeu de rôle avec l’outil TerisTorries dans la Sous-prefecture Dassoumgboho

Les ateliers ont été organisés dans le cadre du projet d’expérimentation pilote d’une gouvernance foncière inclusive en Côte d’Ivoire à travers l’outil TerriStories, réalisé par Inades-Formation. Ce projet a pour objectif de contribuer à la gestion inclusive et durable du foncier pour un climat paisible et garantir l’accès de tous à la terre en Côte d’Ivoire.

Les populations surtout les femmes ont apprécié cette nouvelle démarche qui leur permet de s’exprimer librement sur les questions foncières de leur localité. Avec les jeux de rôle et les simulations, certains participants ont reconnu l’impasse dans laquelle se trouve la chefferie pour trancher certains problèmes très délicats.

Selon M. Gbanfrin Paul, expert en gouvernance du foncier rural, chargé du projet d’expérimentation pilote en gouvernance foncière inclusive en Côte d’Ivoire d’Inades-Formation, il ressort de ces ateliers que les populations restent attachées à leur régime successoral qui accorde l’héritage foncier au neveu. Toutefois, elles se sont accordées sur le fait de céder une partie de cet héritage foncier aux enfants de l’oncle qui, dans certains cas sont lésés ou spoliés de leurs droits.

Les participants ont défini quelques règles pour faciliter la cohabitation entre l’agriculture et l’élevage. Ils ont en effet, fixé des heures de pacages et sortie des animaux. Ils ont défini les critères et les dispositions à prendre pour les pâturages. Quel que soit l’ampleur des dégâts de cultures des bœufs d’attelages, la victime doit pardonner pour des raisons de cohésion entre les populations.

Dans une prochaine étape, les propositions faites seront validées de manière consensuelles et soumises à l’adoption des chefs de villages et de canton.

Le projet de Promotion de l’Agriculture Familiale à travers le renforcement des capacités des populations rurales dans les Provinces du Sud et de l’Est a pour objectif de de contribuer à l’amélioration des conditions socio-économiques des populations de la zone d’intervention afin qu’elles soient capables d’assurer leur sécurité alimentaire, les soins de santé, et les besoins primaires.
Il a démarré en 2017 et concerne trois districts de la province du sud (Nyaruguru, Huye et Nyamagabe) et un district de la province de l’Est (Bugesera) constitue sa zone d’action.
Le projet touchera particulièrement les formateurs relais, les fermiers et les techniciens locaux au niveau des cellules administratives qui bénéficieront de formations dispnsées par le personnel d’Inades-Formation Rwanda.
Les formateurs relais formeront à leur tour leurs collègues tout en assurant un encadrement de proximité. Ils doivent en outre servir d’exemples en mettant en application les connaissances acquises.

Inades-Formation Tchad, Inades-Formation Cameroun et leurs partenaires ont lancé la mise en œuvre du projet d’appui au renforcement de la résilience et la cohabitation pacifique des communautés du Bassin du Lac Tchad.

C’est est un projet transfrontalier d’accompagnement de la résilience des groupes de jeunes à travers le développement entrepreneurial du maraîchage et de la pêche dans un environnement sécurisé, par l’apprentissage, l’adoption et l’innovation des instruments de production et d’accès aux marchés.

Il a qui a pour objectif de soutenir les populations de sept arrondissements/sous-préfectures du Cameroun et du Tchad, les plus vulnérables à s’organiser et à prendre des dispositions collectives pour la sécurité de leurs territoires, la cohabitation pacifique et l’amélioration de leurs moyens d’existence.

 

En effet, dans le Bassin du Lac Tchad, la pauvreté s’accentue et s’enracine davantage dans les ménages, malgré les efforts consentis par les Gouvernements concernés et les partenaires au développement, pour améliorer le bien-être des populations, en majorité constituées de jeunes.  Dans la région de l’Extrême-Nord du Cameroun, seul 24 % de la population vit en zones urbaines. Au Tchad, seulement 21,8% de la population vit en ville.

L’agriculture, l’élevage, la pêche et le commerce (interne et transfrontalier), constituent l’essentiel des moyens d’existence de cette population, principalement des populations riveraines du fleuve Logone au Cameroun et au Tchad.

Dans cet espace rural frontalier, les ménages sont confrontés à des pénuries alimentaires dues au changement climatique. La zone connaît, soit des sécheresses, soit des inondations, qui perturbent les productions agricoles et animales. Une menace climatique aggravée par l’insécurité qui règne dans la région, suite aux actes terroristes.

 

Le projet devra conduire :

  • à l’amélioration de la situation sécuritaire des 7 arrondissements/ sous-préfectures du Cameroun et du Tchad  grâce aux actions collectives des populations.
  • à l’amélioration des moyens d’existence des populations des sept arrondissements/sous-préfectures du Cameroun et du Tchad, surtout les jeunes.
  • les populations des 03 régions du Cameroun et du Tchad à jouir davantage des libertés publiques, libertés d’entreprendre et liberté de circulation.

 

Le projet est mis en œuvre dans les arrondissements de Kousseri, Logone Birni et Mora au Cameroun, et dans les sous-préfectures de Loumia, Logoun Gana, Ndjamena Fara et Mani au Tchad.

Le groupe cible du projet est constitué des populations jeunes vivant dans les trois arrondissements  et les 4 sous-préfectures.

 

Sont partenaires porteurs du projet :

  • Comités de développement cantonaux (Cameroun)
  • Associations de développement cantonales (Tchad)
  • Groupes de jeunes maraîchers
  • Groupes de pêche des jeunes
  •  Groupements villageois d’épargne et crédit
  • Plateformes régionales de plaidoyer