Articles

Le projet de Promotion de l’Agriculture Familiale à travers le renforcement des capacités des populations rurales dans les Provinces du Sud et de l’Est a pour objectif de de contribuer à l’amélioration des conditions socio-économiques des populations de la zone d’intervention afin qu’elles soient capables d’assurer leur sécurité alimentaire, les soins de santé, et les besoins primaires.
Il a démarré en 2017 et concerne trois districts de la province du sud (Nyaruguru, Huye et Nyamagabe) et un district de la province de l’Est (Bugesera) constitue sa zone d’action.
Le projet touchera particulièrement les formateurs relais, les fermiers et les techniciens locaux au niveau des cellules administratives qui bénéficieront de formations dispnsées par le personnel d’Inades-Formation Rwanda.
Les formateurs relais formeront à leur tour leurs collègues tout en assurant un encadrement de proximité. Ils doivent en outre servir d’exemples en mettant en application les connaissances acquises.

Inades-Formation Tchad, Inades-Formation Cameroun et leurs partenaires ont lancé la mise en œuvre du projet d’appui au renforcement de la résilience et la cohabitation pacifique des communautés du Bassin du Lac Tchad.

C’est est un projet transfrontalier d’accompagnement de la résilience des groupes de jeunes à travers le développement entrepreneurial du maraîchage et de la pêche dans un environnement sécurisé, par l’apprentissage, l’adoption et l’innovation des instruments de production et d’accès aux marchés.

Il a qui a pour objectif de soutenir les populations de sept arrondissements/sous-préfectures du Cameroun et du Tchad, les plus vulnérables à s’organiser et à prendre des dispositions collectives pour la sécurité de leurs territoires, la cohabitation pacifique et l’amélioration de leurs moyens d’existence.

 

En effet, dans le Bassin du Lac Tchad, la pauvreté s’accentue et s’enracine davantage dans les ménages, malgré les efforts consentis par les Gouvernements concernés et les partenaires au développement, pour améliorer le bien-être des populations, en majorité constituées de jeunes.  Dans la région de l’Extrême-Nord du Cameroun, seul 24 % de la population vit en zones urbaines. Au Tchad, seulement 21,8% de la population vit en ville.

L’agriculture, l’élevage, la pêche et le commerce (interne et transfrontalier), constituent l’essentiel des moyens d’existence de cette population, principalement des populations riveraines du fleuve Logone au Cameroun et au Tchad.

Dans cet espace rural frontalier, les ménages sont confrontés à des pénuries alimentaires dues au changement climatique. La zone connaît, soit des sécheresses, soit des inondations, qui perturbent les productions agricoles et animales. Une menace climatique aggravée par l’insécurité qui règne dans la région, suite aux actes terroristes.

 

Le projet devra conduire :

  • à l’amélioration de la situation sécuritaire des 7 arrondissements/ sous-préfectures du Cameroun et du Tchad  grâce aux actions collectives des populations.
  • à l’amélioration des moyens d’existence des populations des sept arrondissements/sous-préfectures du Cameroun et du Tchad, surtout les jeunes.
  • les populations des 03 régions du Cameroun et du Tchad à jouir davantage des libertés publiques, libertés d’entreprendre et liberté de circulation.

 

Le projet est mis en œuvre dans les arrondissements de Kousseri, Logone Birni et Mora au Cameroun, et dans les sous-préfectures de Loumia, Logoun Gana, Ndjamena Fara et Mani au Tchad.

Le groupe cible du projet est constitué des populations jeunes vivant dans les trois arrondissements  et les 4 sous-préfectures.

 

Sont partenaires porteurs du projet :

  • Comités de développement cantonaux (Cameroun)
  • Associations de développement cantonales (Tchad)
  • Groupes de jeunes maraîchers
  • Groupes de pêche des jeunes
  •  Groupements villageois d’épargne et crédit
  • Plateformes régionales de plaidoyer

Inades-Formation Burkina accompagne  depuis près d’une quinzaine d’années  le processus de décentralisation au Burkina à travers la mise en œuvre de projets de développement.

En 2003-2004, Inades-Formation Burkina a mis en œuvre avec le soutien financier de l’ONG/Diakonia le « projet de renforcement des capacités de la société civile pour une démocratie participative dans les communes de Banfora et Niangoloko ». Ce projet expérimental a touché 33 organisations de la société civile et les élus locaux des communes de Banfora et de Niangoloko. Ces organisations de la société civile sont composées  des associations de développement,  des syndicats et mouvements des droits de l’homme, des associations socio-professionnelles et des communautés religieuses. Le projet avait pour objectif principal de « renforcer  les capacités techniques, organisationnelles et d’action des organisations de la société civile afin  qu’elles puissent mieux participer à la gestion des affaires publiques locales ». La capitalisation du projet a permis de dégager des résultats et des changements au niveau du fonctionnement des OSC touchées, au niveau des relations entre OSC d’une part  et  d’autre part entre OSC et autorités municipales  et  dans la gestion des affaires publiques.

De 2005 à 2006, Inades-Formation Burkina a mis en œuvre avec le soutien du Fond d’Appui à l’Etat de Droit/UE  un projet similaire à celui de 2003-2004. Ce projet dénommé  « programme de renforcement des capacités des élus locaux et des organisations de la société civile pour une démocratie participative dans les communes de Boromo, Nouna et Dédougou » a touché une cinquantaine d’organisations de la société civile et 3 conseils municipaux. Ce projet visait  entre autres objectifs à éduquer les populations à la démocratie, à les aider à mieux connaitre  leurs droits et leurs devoirs de citoyens et de participer  de manière active, consciente et volontaire à la gestion de leur commune. Le projet a été capitalisé en 2006 sous forme d’un livret intitulé  « : La décentralisation au Burkina Faso, un champ fertile pour le développement : les OSC et les élus locaux de Boromo, Dédougou et Nouna à la conquête d’une citoyenneté participative »

De 2011 à 2012, Inades-Formation Burkina a eu à mettre en œuvre dans  4 régions (Centre, Centre-Nord, Centre-Sud et Plateau Central) le « projet de renforcement de la participation citoyenne pour un développement local durable » avec le financement du PROS /UE. Ce projet a eu pour objectif global de permettre aux citoyens  d’améliorer leur participation au développement de leur localité. Il avait également pour objectif de permettre  aux organisations de la société civile  de mieux connaitre leurs rôles dans le développement de leur commune et de leur région. Ce projet a touché particulièrement les associations de jeunes, les associations de femmes, les organes de presse écrite, les radios  communautaires, les associations de droits humains. Le projet a été capitalisé en 2012 sous forme d’un livret dénommé « société civile et participation citoyenne : le combat des organisations de la société civile de quatre régions »

De 2011 à 2013 le Projet d’appui à la gouvernance locale et à la souveraineté alimentaire dans les Régions de la Boucle du Mouhoun, du Centre Nord et du Sahel est mis en œuvre par Inades Formation Burkina financé par l’ONG Belge Broederlijk Delen. Un des axes clefs de ce projet est l’axe décentralisation et gouvernance locale qui a touché comme cible les acteurs de la société civile et les conseillers municipaux et régionaux. Il a été mis en œuvre dans 9 collectivités territoriales dont 6 communes et 3 chefs lieu de région (Centre Nord, Boucle du Mouhoun).  Son objectif était de contribuer à l’amélioration de la gouvernance locale dans les collectivités territoriales touchées à travers d’une part une plus grande redevabilité des autorités envers les citoyens et d’autre part, une plus grande participation des organisations de la société civile dans la gestion des affaires publiques locales.

De 2013 à 2017  Inades-Formation a mis en œuvre avec le soutien du PACT /Banque Mondiale « le Projet de renforcement de la participation citoyenne dans la région du Plateau Central ». Ce projet a couvert les 20 communes que compte la région du Plateau Central et a touché l’ensemble des acteurs de développement de la commune et plus spécifiquement les organisations de base telles que les associations des parents d’élèves (APE), les associations des mères éducatrices (AME), les comités de gestion (COGES) santé et éducation, les associations des usagers de l’eau (AUE) et les élus locaux. L’objectif global de ce projet était de renforcer les systèmes de gestion des collectivités territoriales pour améliorer la fourniture des services sociaux de base dans les communes de la région et à y améliorer la participation citoyenne à la prise de décision au niveau local. L’objectif spécifique était que : « les collectivités territoriales sont plus performantes grâce à une meilleure surveillance communautaire et les populations s’engagent activement dans les prises des décisions locales. »

De 2014 à 2016 avec le partenaire belge Broederlijk Delen, Inades Formation Burkina a exécuté dans la région Nord du Burkina, le projet d’appui à la souveraineté alimentaire, à la gouvernance locale et à la gestion durable des ressources naturelles.  Subdiviser en quatre axes, l’axe 4 dénommé « influence des politiques et décentralisation » ambitionne comme changement des organisations du Monde Rural fortes et autonomes et qui arrivent à influencer des actions et politiques publiques en défense des droits et intérêts des populations rurales. Les acteurs directs touchés par ce projet sont les organisations de la société civile et les élus locaux.

A partir de 2017, ce projet est passé à sa deuxième phase de mise en œuvre pour une période de 5 ans. L’axe influence des politiques et décentralisation de ces 2 phases sont mis en œuvre dans 13 communes rurales et urbaines de la région Nord.