Articles

FonsdevPro est un logiciel de gestion des petites institutions de microfinance créé à l’initiative d’Inades-Formation. Ce logiciel a pour objectif de faciliter la gestion de ces petites institutions de microfinance et de leur permettre de répondre elles aussi aux exigences posées par le nouveau référentiel comptable de la BCEAO et d’autres régions/pays.

Ainsi, du 19 au 25 février 2018, s’est tenue à Atti-Atovou, une formation visant l’implantation du logiciel FonsdevPro au Fonsdev Elenuté.  Y ont pris part deux cadres techniques, deux cadres comptables d’Inades-Formation Togo, deux dirigeants, le gérant et le caissier du Fonsdev Elenuté d’Atti Atovou.

Cette formation animée par le Chargé de projets Microfinance communautaire basé au Secrétariat général d’Inades-Formation, avait pour objectif global de contribuer à l’amélioration du système d’enregistrement et de traitement des opérations de Fonsdev par un logiciel spécifique à la microfinance communautaire. De manière spécifique, la formation devait amener les participants à s’approprier la configuration et le fonctionnement du logiciel de gestion des opérations de Fonsdev dénommé « FonsdevPro ».

Le schéma général de la démarche méthodologique utilisé était articulé autour des points suivants : compréhension du thème/sujet, présentation des exemples d’application, exercice d’application sur ordinateur, échanges sur les résultats au niveau de chaque participant.

A l’issue de la formation, les participants ont appris et ont réussi à :

  • Lancer le logiciel
  • Remplir les fiches signalétiques pour le paramétrage du logiciel ;
  • Enregistrer les membres sur le logiciel ;
  • Enregistrer les opérations de caisse, de banque et les opérations diverses ;
  • Editer les journaux (de caisse, de banque et des opérations diverses), les registres des crédits (sains, impayés), le grand-livre, la balance de vérification, le compte d’exploitation et le bilan.

En plus de ces activités, les cadres d’Inades-Formation ont aussi appris à :

  • Installer le logiciel ;
  • Créer les utilisateurs, leur attribuer des mots de passe et suivre leurs activités ;
  • Gérer le système en tant qu’administrateurs de manière plus générale.

A la fin de l’atelier, un plan d’action post-formation a été rédigé en vue de l’implantation effective et de la mise en œuvre du logiciel. Il s’oriente vers la finalisation de la situation de départ dans l’esprit du logiciel et les dispositions pratiques pour l’utilisation régulière du logiciel en vue de poursuivre le renforcement des capacités des utilisateurs.

Les participants ont salué l’arrivée du logiciel FonsdevPro. Ils ont estimé qu’il est adapté aux réalités des Fonsdev et répond effectivement à leurs besoins. Il a la particularité de contribuer à la célérité dans l’enregistrement et la production des états (journaux, registres, grand-livre, balance, compte d’exploitation et bilan), la production d’une information de qualité minimisant les erreurs et la prise des décisions de gestion dans les meilleurs délais. Ces avantages favorisent et accélèrent, à terme, le processus d’appropriation des Fonsdev par leurs membres ainsi que le processus de leur croissance.

Rappelons qu’en novembre et décembre 2017,  dix (10) cadres d’Inades-Formation Burkina et gérants du Fonsdev Passakongo au Burkina;  …. cadres d’Inades-Formation Burundi et  huit dirigeants  et gérants du Fonsdev Mirukiro au Burundi avaient aussi été formés à l’utilisation du logiciel FonsdevPro.

Le lancement officiel des activités du Fonsdev Bumba a eu le 14/11/2009, dans le cadre du « projet de renforcement de capacité socio économique des paysans du territoire de Bumba », financé par AECID/ALBOAN. Au départ, plus de 250 membres solidaires ont mobilisé les épargnes solidaires de plus de 5000 $, constituant ainsi le capital social de leur Fonsdev. Cela a permis au Fonsdev Bumba de commencer à octroyer les crédits à ceux qui en ont besoin.

L’activité de l’épargne tontine a été lancée à Bumba en Janvier 2010. Le travail a commencé par l’étude de faisabilité, l’identification et la sensibilisation des quartiers à forte activité économique qui constituent des zones de collecte de l’épargne tontine. Les promotrices ont été formées et elles ont commencé à aller vers ces zones identifiées pour intéresser les vendeurs et vendeuses des étalages, des boutiques, des vendeuses des sacs vides, des cordonniers,… à accepter de s’adhérer à la tontine. Dès que la personne a accepté d’épargner, la promotrice va chaque jour auprès de lui pour le recouvrement de sa mise. Là elle remplit, signe ou codifie la carte suivant la mise du membre. Elle remet ensuite la carte au propriétaire (membre tontine). Elle remplit aussi le bordereau de versement, ramène le bordereau au Superviseur pour vérification et va verser les montants collectés à la caisse du Fonsdev.

Avant de retirer son argent épargné, à la fin du mois, le membre doit amener sa carte chez le superviseur. Le superviseur reçoit de la promotrice la liste des membres de l’épargne tontine pour le mois en question. Il contrôle les mises de la carte par rapport au montant qui se trouve dans le bordereau. Il regarde la carte si la promotrice l’a validé par une mention, endossé et signé la dernière case de la carte présentée. Il fait la comparaison entre les totaux des bordereaux de versement à la caisse et la liste de fin du mois pour tirer la différence s’il y en a et harmoniser avec la promotrice la liste par rapport aux bordereaux. C’est après toutes ces vérifications que le superviseur acquitte et remet la carte au caissier(ère). La caisse paye le montant à l’épargnant et une mise journalière est retenue par la caisse. La carte payée est gardée aux archives de la caisse.

C’est à partir du mois d’avril 2010 que l’activité de l’épargne tontine commença à connaitre une expansion marquée par l’augmentation du nombre des membres et des promotrices ainsi que par l’octroi des crédits tontine et la mise journalière des épargnants qui varie actuellement entre 500 FC à 40.000FC, alors qu’elle variait entre 100 FC à 500 FC au départ.

A ce jour, le Fonsdev Bumba compte plus de 1500 membres tontiniers qui ont épargné plus de 81.000 $. Le Fonsdev Bumba a recruté 12 promoteurs (dont 10 femmes) et un superviseur pour l’encadrement et le suivi journalier des promotrices, étant donné que la tontine est un produit à haut risque. Le Fonsdev Bumba a aussi octroyé des crédits tontines à plus de 500 membres tontiniers pour une valeur de plus de 54.000 $.

Grâce à l’épargne tontine, la culture de l’épargne s’est répandue dans la cité de Bumba, et la fréquentation au Fonsdev Bumba a augmenté.

Avec l’accès aux crédits tontines, les plus démunis augmentent et diversifient leurs activités génératrices de revenus et ont la capacité de subvenir aux besoins de leurs ménages.

Pièces de monnaie Fonsdev

L’enjeu c’est de contribuer à la création des conditions nécessaires pour améliorer l’autonomie financière du monde rural et consolider les initiatives endogènes d’intermédiation financière.

Quelques éléments liés au contexte de financement du monde rural africain

Les possibilités d’accès au financement en milieu rural africain au sud du Sahara sont très limitées. La quasi-totalité des banques agricoles ont fait faillite. Les systèmes de financement décentralisé qui ont succédé à ces banques sont principalement installés en milieu urbain et présentent d’importantes limites qui ne leur permettent pas de servir les masses paysannes des zones enclavées avec pour conséquences que celles-ci ne savent pas financer leurs projets.

Aussi, malgré l’existence d’une capacité non négligeable de mobilisation de l’épargne dans les villages et des dynamiques locales de mobilisation à travers les tontines et autres formes d’instruments d’épargne/crédit, les paysans ont toujours leurs yeux tournés vers l’extérieur pour le financement des projets individuels et collectifs. Ceci a une incidence négative sur le développement rural.

Justification de notre action : pourquoi intervenir dans ce domaine ?

Nous considérons que l’accès au financement par les paysans apparaît aujourd’hui comme la condition sine qua non pour déboucher sur un développement endogène durable car les bonnes idées, les bons projets ne peuvent être mis en œuvre, sans un minimum de financement.

Nous pensons qu’en s’appuyant sur les dynamiques existant dans les villages, la création d’un instrument financier à base communautaire est susceptible de renforcer la dynamique de mobilisation de l’épargne locale pouvant aider à accorder des crédits aux individus et entités paysannes en vue du financement de leurs projets.

Stratégies d’intervention : nos modèles

Inades Formation intervient dans le secteur du financement du monde rural pour accompagner la mise en place, la consolidation et la pérennité des structures d’intermédiation financière paysannes en milieu rural africain. A ce jour, deux instruments sont en expérimentation : les Fonds de solidarité pour le développement (Fonsdev) et les Groupements d’épargne et crédit (GEC). Ces structures ont pour mission de susciter la mobilisation de l’épargne locale par une éducation populaire, offrir des services financiers (épargne et crédit) adaptés et accessibles aux populations rurales, contribuer au développement communautaire, promouvoir le transfert des ressources financières de la ville vers le village et entretenir des relations de partenariat avec les acteurs de développement intervenant dans le milieu.

Au fil des années, par des méthodes de recherche-action-formation, Inades Formation a développé des outils et des procédures permettant à ces institutions de concevoir leurs stratégies de développement et de définir le montage institutionnel adapté à leurs conditions et propice à une bonne gouvernance.

Inades Formation contribue au renforcement des capacités des gestionnaires de ces institutions, des services techniques étatiques et non étatiques d’appui, des agents de développement et des autres acteurs de la microfinance. Il se mobilise dans la définition des stratégies et politiques nationales, à travers la participation à des cadres de concertation, pour la prise en compte de la qualité spécifique du monde rural africain.

Inades Formation s’investit aussi dans la réflexion sur la place et le rôle de nouveaux mécanismes de financement du monde rural, l’impact du microcrédit sur le développement économique et leur lien avec la réduction de la pauvreté en milieu rural africain. Un accent est cependant mis sur la mobilisation des ressources financières endogènes (épargne locale).

Note d’info sur les AVEC

Note d’information sur Fonsdev.pdf