Articles

Inades-Formation Burkina a organisé du 28 au 29 mai 2020 à Dédougou un atelier de réflexion avec les Cercles d’Innovateurs Locaux et d’Apprentissage Communautaire (CILAC). Cet atelier visait à les rendre plus opérationnel. Une vingtaine de représentants de sept CILACs ont participé à cette activité. Elle s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre par Inades-Formation Burkina du projet de repositionnement des vivres de souveraineté. Ce projet qui est exécuté dans la région de la Boucle du Mouhoun bénéficie de l’appui financier de Misereor.

 

Les Cercles d’Innovateurs Locaux et d’Apprentissage Communautaire (CILAC) sont de groupes de 4 à 5 paysans qui vivent les mêmes réalités et mutations en matière de production agro-sylvo-pastorale. Ces groupes sont en perpétuelle expérimentation de solutions face aux défis auxquels ils sont confrontés.

Dans le cadre de la mise en œuvre du projet de valorisation des vivres de souveraineté par Inades-Formation Burkina durant la période 2017-2019, sept (07) CILACs ont été mise en place dans la région de la Boucle du Mouhoun dont 5 dans la province du Mouhoun et 2 dans la province de la Kossi. Ces CILACs ont pour rôle de documenter leurs observations, d’identifier et documenter les solutions alternatives, d’expérimenter ces solutions alternatives et de partager les apprentissages avec les membres de la communauté et les partenaires de proximité.

Travaux de groupe au cours de l’atelier

Les travaux de l’atelier de définition des repères d’évaluation de la valeur ajoutée des services rendus par CILACs dans leur milieu ont permis d’atteindre deux principaux résultats.

Le premier est la définition de 05 repères/critères d’évaluation de la valeur ajoutée des services rendus par les CILACs. Il s’agit des repères suivants :

  • l’augmentation de rendements agricoles grâce à l’utilisation des services proposés par les CILACS,
  • le degré de mobilisation de la population autour des services rendus par les CILACs,
  • la diminution des dépenses liées à l’achat des intrants modernes,
  • l’appréciation par les populations des services rendus par les CILAC,
  • la sollicitation des autorités (municipales et techniques) pour les services rendus par les CILACS

Le second résultat important atteint est l’identification des principaux éléments du plan d’action 2020-2022 pour chaque CILAC. Ces principaux éléments ont trait notamment aux domaines d’activités, les actions/activités à mener, les acteurs à impliquer dans la réalisation des activités et la période de mise en œuvre.

L’ateliers de Dédougou a été aussi l’occasion d’améliorer les connaissances des participants sur la notion de CILAC, le rôle et les responsabilités de cette structure, son mode de fonctionnement et le domaine d’activités. Cet atelier de réflexion et de formation représente un pas important pour les CILACs dans le processus d’opérationnalisation de leurs actions.

Cependant le faible niveau de scolarisation de leurs membres constitue un handicap pour leur évolution. A cet effet  des réflexions sont en cours pour leur permettre d’être à la hauteur des défis à relever dans leur travail.

Participants à l’atelier de réflexion et de formation des membres des CILAC de la Boucle du Mouhoun

Samuel SOMDA / Inades-Formation Burkina

Inades-Formation Burkina à organisé du 08 au 10 Octobre 2019, des visites-commentées de Champs Ecoles Paysans (CEP) agroécologiques dans trois localités de la région du Nord du Burkina. Ces champs écoles sont l’œuvre de paysans leaders accompagnés par Inades-Formation Burkina. Les visites-commentées ont réuni des membres d’organisations paysannes, des représentants d’Inades-Formation Burkina et de services […]

Inades-Formation Burkina a reçu du 06 au 10 Mai 2019, le Secrétariat Général d’Inades-Formation pour  une mission d’appui à la mise en place d’un dispositif de contrôle endogène de qualité des semences paysannes au Burkina Faso. Cette mission a été conduite par Alphonse Kouamé chargé de projet Système alimentaire basé sur l’agriculture familiale. Dans l’interview qui suit, il nous fait le point de sa mission au Burkina Faso et nous éclaire sur des notions comme « Entrepreneuriat Semencier Paysan », « semences paysannes » du point de vue d’Inades-Formation Burkina.

M. Alphonse Kouamé chargé de projet Système alimentaire basé sur l’agriculture familiale au secrétariat général d’Inades-Formation

Quel était l’objectif de votre mission au Burkina Faso ?

Ma mission avait pour objectif de mettre en place avec l’équipe du bureau national Inades-Formation Burkina un dispositif opérationnel de l’Entreprenariat Semencier Paysan accompagné d’un dispositif de contrôle endogène de qualité des semences par les paysans eux-mêmes.

En quoi a consisté concrètement cette mission ?

Nous avons effectué dans un premier temps un renforcement de capacités des membres de l’équipe sur les contours de la production semencière et du contrôle semencier pour qu’ils s’approprient tous les éléments de contexte. Par la suite nous avons élaboré ensemble un plan opérationnel pour l’entreprenariat semencier paysan et le contrôle endogène de la qualité des semences. A l’issu de cela, nous sommes allés sur le terrain pour échanger avec les producteurs afin de connaitre leur compréhension sur la question et pour recueillir leur avis sur le plan opérationnel que nous avons élaboré. Après cette consultation, nous nous sommes retrouvés avec l’équipe pour finaliser le plan opérationnel.

Quel intérêt y a-t-il pour Inades-Formation Burkina de mettre en place un système endogène de contrôle de la qualité des semences ?

Inades-Formation accompagne dans le cadre de son Programme système alimentaire basé sur l’agriculture familiale les initiatives de valorisation des semences paysannes. Nous avons amené les paysans à produire leurs propres semences. Evidemment, qui parle de production de semences doit aussi parler de système de contrôle. Cela va nous permettre de garantir la qualité des semences paysannes. En accompagnant les paysans dans la production de semences, nous devons également mettre en place un dispositif de contrôle à leur niveau pour non seulement garantir la qualité de ces semences mais également assurer la reconnaissance de cette qualité par les utilisateurs qui sont les producteurs eux-mêmes.

Qu’est-ce qui vous a amené à parler d’Entreprenariat Semencier Paysan au cours de votre mission ?

Plus de 80% des semences utilisées par les petits producteurs sont des semences paysannes. Au regard de l’importance de ces semences, au niveau d’Inades-Formation, un concept est né pour les valoriser. Il s’agit de L’Entreprenariat Semencier Paysan. Nous voulons à travers ce concept, faire en sorte qu’il y ait des entreprises paysannes de production de semences pour que cette activité puisse procurer un minimum de ressource financière aux paysans. Notre accompagnement au développement de l’entreprenariat semencier paysan consiste à aider les groupes à disposer de moyens techniques pour s’organiser, produire et utiliser les semences localement pour satisfaire leur propre besoin et le besoin de leur communauté.

Qu’est-ce que les semences paysannes pour Inades-Formation ?

Selon les écoles, certaines personnes vous diront que les semences paysannes sont des semences purement traditionnelles. Mais dans le cadre de l’entreprenariat semencier paysan d’Inades-Formation, nous estimons que les semences paysannes regroupent aussi bien les semences traditionnelles que les semences améliorées dont les paysans se sont appropriés et qu’ils détiennent. Pour nous, quand on dit semences paysannes, c’est toute semence qui n’a pas fait l’objet de contrôle par le système officiel de contrôle et qui n’est pas certifiée.

Quelles sont les ambitions d’Inades-Formation dans son engagement pour le développement de l’Entreprenariat Semencier Paysan ?

Nous voulons qu’en termes d’alimentation et de revenu, il puisse y avoir de l’amélioration dans les conditions de vie des populations à la base. Pour ce faire, l’un des éléments essentiel pour la bonne production, c’est la semence. Inades-Formation Burkina travaille à ce que les paysans soient autonomes sur leurs propres semences. Nous voulons permettre aux paysans de ne pas être obligés d’utiliser les semences venant de n’importe où, des semences qui ne sont pas forcément adaptées à leurs milieux. A travers l’Entreprenariat Semencier Paysan, les paysans vont produire eux-mêmes les semences dont ils ont besoin, des semences adaptées à leurs localités et qu’ils apprécient.

Comment appréciez-vous à présent votre mission au Burkina Faso ?

Avec l’équipe du Bureau Inades-Formation Burkina, nous avons bien travaillé.  Sur la base de l’analyse du contexte nous avons pu élaborer un plan opérationnel et après l’échange avec les producteurs, je trouve qu’il y a de l’espoir pour la réalisation des idées que nous avons dégagées. Nous avons vu aussi sur le terrain des producteurs engagés, déterminés à résoudre les problèmes liés aux semences et à épouser surtout l’innovation que nous proposons. Je pense qu’au Burkina Faso nous pourrons avoir des résultats satisfaisants qui feront école. Pour tout cela, je peux dire que je repars satisfait.

Quel espoir vous nourrissez pour la suite de cet atelier ?

L’important c’est d’arriver à des résultats concrets en termes de production de semences, de réalisation de banques de semences, de disponibilité de semences pour les producteurs à la base. Je souhaite que cette planification soit effectivement mise en œuvre par Inades-Formation Burkina et que nous puissions aboutir à des résultats concrets sur le terrain. Cette expérience pourra alors profiter à d’autres groupes cibles et servir d’exemple à d’autres organisations.

Propos recueillis par Patrice Da, chargé de communication Inades-Formation Burkina