Articles

Projet d’appui à l’amélioration des revenus des producteurs de cacao de la région de l’Agneby-Tiassa

Depuis près de dix (10) ans, Inades Formation Côte d’Ivoire s’investit dans l’accompagnement des producteurs de cacao à l’amélioration de leurs revenus à travers l’accès au marché biologique. Ces producteurs sont donc accompagnés à la production de cacaos biologiques sans produits chimiques.

Cette initiative démarrée avec la Coopérative Equitable du Bandama de la région de l’Agnéby-Tiassa a donné des résultats satisfaisants en termes d’amélioration des revenus et des conditions de vie des bénéficiaires.

Aujourd’hui, d’autres Organisations de Producteurs Agricoles s’intéressent à ce système de production de cacao biologique et des perspectives de diversification des clients existent.

Les bénéficiaires directs sont les Organisations de Producteurs Agricoles (OPA) de cacao de la région de l’Agnéby-Tiassa intéressés par la production du cacao biologique. Il s’agit de la Société Coopérative Equitable du Bandama, de la Coopérative des producteurs de cacao de Taabo et de la Coopérative Agricole N’Zaraman de N’Douci.

La stratégie repose sur la capitalisation de l’expérience d’accompagnement de la SCEB (Société Coopérative Equitable du Bandama) en vue de l’extension des principes de la certification biologique à de nouvelles coopératives dans un esprit d’amélioration continue des interventions. Il s’agira de pouvoir répondre efficacement aux besoins du marché à travers l’amélioration des pratiques de production, de traitement post-récolte et organisationnelles des organisation paysannes agricoles.

 

 

Développer l’auto-emploi de 700 jeunes des régions de l’Agneby-Tiassa et des grands ponts par la création d’activités génératrices de revenus dans les filières agro-pastorales (BCP-Emploi-AFD)

 

La création d’emplois pour les jeunes est en effet l’une des priorités des autorités ivoirienne, qui a trouvé une traduction dans la Politique nationale de l’Emploi et dans la Stratégie de relance de l’emploi. C’est à ce titre que cette problématique est devenue une des priorités du Contrat de Désendettement (C2D) signé entre République de Côte d’Ivoire et la République Française à travers le projet Emploi C2D des jeunes. Le Projet C2D Emploi des Jeunes vise à améliorer l’employabilité et l’entreprenariat des jeunes en leur offrant des opportunités d’accès à l’emploi et au développement des compétences dans tous les secteurs d’activité.

Afin de contribuer à l’atteinte de cet objectif national, Inades-Formation Côte d’ivoire exécute depuis juin 2016, un projet intitulé « développer l’auto-emploi au profit de 700 jeunes dans les régions de l’Agnéby-Tiassa et des Grands-Ponts par la création d’activités génératrices de revenus dans les filières agro-pastorales. »

De manière spécifique, il s’agit de :

  • Accompagner les jeunes de la région à l’élaboration de plans d’affaires (projets) afin d’en sélectionner les 300 meilleurs en tenant compte des opportunités économiques et des chaînes de valeur à fort potentiel dans des filières agro-pastorales ;
  • Renforcer les capacités des bénéficiaires aux techniques spécifiques aux secteurs concernés par les plans d’affaires sélectionnés, à la gestion commerciale et à la gestion financière.
  • Assurer le financement des plans d’affaires (projets) des 300 jeunes sélectionnés ;
  • Apporter l’appui-accompagnement nécessaire aux bénéficiaires dans la mise en œuvre des plans d’affaires sélectionnées.

Le projet concerne les régions de l’Agnéby-Tiassa et des Grands-Ponts dans le sud forestier de la Côte d’Ivoire.

Les bénéficiaires du projet sont principalement 700 jeunes, porteurs d’une idée de projet dans les filières agro-pastorales et âgés de 18 à 35 ans au 31 décembre 2015

Partenaire financier :

  • Etat de Côte d’Ivoire
  • Agence Française de développement

Valorisation des vivres de souveraineté à travers le développement de l’entrepreneuriat collectif agricole autour des filières fonio, mil et sorgho au centre et nord de la cote d’Ivoire

 

Inades-Formation s’est engagé résolument pour la promotion des systèmes alimentaires basés sur l’agriculture familiale. De tout temps engagé pour l’agriculture paysanne, ce choix a été motivé par la persistance des crises alimentaires dans le monde et particulièrement en Afrique, le changement climatique et ses conséquences, la menace de l’agro-business qui dépossède les petits producteurs, la tendance à l’uniformisation des systèmes alimentaires qui expose les populations des pays du Sud à la perte de la diversité alimentaire et les rend de plus en plus dépendants des produits d’exportation.

Face à ce triste tableau, il est primordial d’œuvrer pour la conservation de la souveraineté alimentaire des pays du Sud. Toute chose qui passe par la promotion des vivres de souveraineté et la transition agro-écologique.

C’est donc à cette fin qu’est lancé le projet de Valorisation des vivres de souveraineté pour une alimentation suffisante, saine, durable des populations.

Le projet s’exécute dans 8 pays du réseau Inades-Formation et a pour objectif de contribuer à la promotion des systèmes alimentaires basés sur l’Agriculture familiale pour une vie digne pour toutes et tous. Il vise spécifiquement à améliorer durablement le niveau de productivité et de consommation des vivres de souveraineté dans les zones d’intervention ; à mettre en place et développer des mécanismes durables de gestion du marché et de consommation des produits alimentaires locaux ; à inciter les politiques publiques à prendre en compte la promotion des systèmes alimentaires base sur l’agriculture familiale et des vivres de souveraineté en particulier.

Outre des formations, expérimentations et partage d’expériences en matière de bonnes pratiques culturales, de stratégies efficaces de mise en marche, des sensibilisations à produire et consommer les vivres de souveraineté, des plaidoyers pour le développement de l’agriculture familiale, le projet prévoit des actions pour renforcer l’accès au financement des producteurs et productrices à travers le développement de structures de microfinance communautaire, basés sur la solidarité au sein de la communauté.

Les vivres de souveraineté sont les produits alimentaires d’origine végétale et animale, historiquement ancrés dans les habitudes alimentaires des populations d’une région donnée, dans les échanges commerciaux, dans les pratiques culturelles. Ils sont reconnus pour leur résistance aux changements climatiques, leur qualité nutritionnelle, leur faible dépendance vis-à-vis des intrants de synthèse et leur rôle important dans la dynamisation de l’économie locale. Au total quatre (4) cultures vivrières ont été retenus pour l’ensemble des pays concernés : le Haricot/Niébé, le Sorgho, le Fonio, le Mil et un (1) produit d’élevage : le poulet local.

Trois (3) cultures de souveraineté seront valorisées en Côte d’Ivoire dans les régions de la BAGOUE (Tengrela), du TCHOLOGO (Ferkessédougou) et du GBEKE (Bouaké) à savoir le fonio, le mil et le sorgho.

Les années précédentes, Inades-Formation Côte d’Ivoire avait mené des actions en vue de raviver l’intérêt des populations de Tengrela pour la culture du fonio et en améliorer la production. Ce projet permettra ainsi de consolider les acquis et de poursuivre les actions

 

Les bénéficiaires directs sont principalement les producteurs, vendeurs, transformateurs et consommateurs du fonio, du mil et du sorgho des zones d’exécution du projet. Certains aspects du projet toucheront également les adhérents des 4 Fonsdev déjà existants dans les régions du Sud-Comoé et du Gbêkê.

Le projet durera trois ans, de 2017 à 2019.

Partenaire financier

KZE/MISEREOR