Articles

Inades Infos N°004

Inades-Formation Burkina publie le 4ème numéro de son bulletin semestriel d’information Inades Infos.

 

Télécharger le bulletin

Au sommaire vous avez:

MOT DU PCA
L’entreprenariat féminin, un facteur de développement local P. 3-4

FLASH BACK
• Journées Agro-Alimentaires
Inades-Formation Burkina participe avec ses bénéficiaires P. 5-6
• Bien-être des équidés de trait
Le théâtre-forum pour sensibiliser les populations du Sanmantenga P. 7
• Décentralisation et gouvernance locale
Les élus locaux de Ouindigui à l’école de la bonne gouvernance P. 8-9
• Développement du partenariat
Inades-Formation Burkina dans un voyage d’immersion à Auvergne-Limousin P. 10-11
• Cours par correspondance
Inades-Formation Burkina capitalise son expérience P. 11-12

PORTRAIT
• Association Nationale Inades-Formation Burkina
Kalifa s’en est allé P.13-15

CLIN D’OEIL
La société coopérative de transformation des produits locaux « Wend ya wend é» de Kirsi P 16-17

AVIS
« Le développement de l’entreprenariat féminin a un impact positif sur la
réduction de la pauvreté » Adama Soulama P.18-21

Le coton Bt et nous : la vérité de nos champs

 

Le Burkina Faso est le seul pays de l’Afrique de l’Ouest à avoir adopté les OGM, depuis 2003 en l’absence de toute loi sur la biosécurité. A partir de 2008, le pays est passé à la production et de la commercialisation du coton Bt, coton génétiquement modifié conçu par la firme Monsanto pour dit-on combattre les attaques de la chenille du coton, grâce à l’introduction du gène d’une bactérie (Bt). ; Et ce, malgré l’absence.

Pour combler le manque criant d’études d’impact et d’informations sur cette culture, la COPAGEN* conduite Inades-Formation, son point focal, initie une étude sur les impacts socio-économiques du coton Bt au Burkina Faso. Il s’agit d’une « recherche-action » paysanne qui s’est donnée pour objet de vérifier si les assertions qui ont justifié l’introduction de cette variété transgénique notamment, une meilleure productivité et compétitivité, se confirment ou non sur le terrain et de contribuer ainsi au débat public sur cette culture controversée.

Menée par les paysans eux même, l’étude démontre hélas que les promesses faites aux paysans sur le coton BT sont loin d’être tenues. Bien au contraire, le coton BT a conduit à la baisse de la qualité du coton burkinabé et réduit les gains des paysans.

D’ailleurs, en 2017, le pays annonce le retrait du coton BT et les producteurs réclament 50 milliard de FCFA à la firme Monsanto pour les dommages subis.

Le présent rapport de cette étude a été publié en mars 2017.

 

COPAGEN: Coalition pour la protection du patrimoine génétique africain

Inades-Formation expérimente avec des communautés locales en Côte d’Ivoire la gouvernance foncière locale inclusive

 

Document de capitalisation de expérimentation de la gouvernance inclusive locale en Côte d’Ivoire

Le présent document est une capitalisation du Projet pilote d’expérimentation de la gouvernance foncière inclusive locale en Côte d’Ivoire selon la méthode de simulation prospective -TerriStories- développée par le CIRAD au Sénégal.

Porté par quatre organisations de la société civile ivoirienne (ARK, ASAPSU, CERAP et Inades-Formation), toutes membres de la plateforme ALERTE-Foncier, il a pour objectif de contribuer à une sécurisation foncière des communautés locales tout en garantissant la cohésion sociale.

Le projet a été réalisé dans les régions de la Nawa (Gnakoradji et Yabayo) et de la Bagoué (Kébi), grâce au financement du Ministère des Affaires étrangères et du Développement international Français (MAEDI) et du Comité Catholique contre la Faim et pour le Développement (CCFD-Terre Solidaire). Il a également bénéficié, de l’appui conseil du CIRAD et des apports d’universitaires ivoiriens et chercheurs dans le cadre de la plateforme ALERTE-Foncier.

Le document vise d’une part à capitaliser et partager avec les acteurs de développement, les premiers résultats de l’expérimentation, en Côte d’Ivoire, de la méthode de simulation prospective -TerriStories- développée par le CIRAD au Sénégal et d’autre part, a pour objectif de faire le plaidoyer pour que les droits fonciers soient préalablement clarifiés au sein des communautés avant d’aller vers la sécurisation foncière.