Inades-Formation Togo est à l’honneur sur le site web de notre réseau . A cette occasion, nous avons souhaité recueillir les propos de notre Président de Conseil d’Administration.
C’est dans ce cadre que nous réalisons cette interview.  Merci Président pour votre disponibilité.

  • Bonjour monsieur Boukari AYESSAKI, vous êtes le nouveau Président du Conseil d’Administration d’Inades-Formation Togo et ce depuis Avril 2018. Voudriez-vous bien vous présenter davantage à nos internautes et lecteurs ?

Merci beaucoup pour cette opportunité. En fait, je suis un pur produit du développement à la base, dans le monde rural et agricole, ayant travaillé longtemps pour amener les communautés à des changements de comportements sur le plan social, économique, environnemental technologique. J’ai été très tôt inspiré par les valeurs d’Inades-Formation et cela a été une motivation suffisante pour mes trente ans de carrière dans le monde des Organisations Non Gouvernementales et Associations de développement. C’est cette motivation qui m’a conduit dès le départ à rejoindre le processus devant conduire à la création de l’Association Nationale Inades-Formation Togo. Avant de devenir PCA en 2018, j’ai fait parti dans le passé d’un Conseil d’Administration. Dans les pays où je suis passé et où il y avait une présence d’Inades-Formation, je n’ai pas hésité à entretenir le contact comme au Cameroun ou en Tanzanie.

  • Dites-nous monsieur le Président, quelles sont les responsabilités qui incombent à un PCA ?

Elles sont grandes et nobles ; elles sont tout d’abord inscrites dans les documents normatifs de l’association. C’est essentiellement de porter les valeurs de l’Association et de les défendre, en être le garant et l’animer ; c’est aussi contribuer aujourd’hui à une noble mission, celle d’accompagner les alternatives de développement socio-économique devant permettre de transformer véritablement nos sociétés. Bref, il s’agit de se mettre au service du bien commun.

  • Comment arrivez-vous à gérer et votre cahier de charges en tant que PCA et en tant que Coordonnateur de projet ?

Cela demande une bonne planification et de la discipline. Je traite les dossiers de l’Association durant les soirées ou les week-ends à la maison, les dossiers sont déposés par le coursier qui les récupère le matin en allant au service (heureusement, il habite le même quartier que moi). Autrement, je consacre mes midis à la gestion des dossiers urgents de l’Association.

  • Revenons à Inades-Formation Togo : comment se porte-t-il ?

Inades-Formation Togo se porte bien. Depuis quatre ans, les finances sont équilibrées. Un effort soutenu de mobilisation des ressources est fait par le Directeur du Bureau National et son équipe.
Les équipes sont mobilisées et dévouées à l’Association pour l’atteinte des résultats dans le cadre des différents programmes qui opérationnalisent notre approche de travail, la SAADEV, contribuant ainsi à servir le bien commun.

Les membres du conseil d’administration se montrent disponibles et participent activement aux actions de l’Association. On note un regain de la vie associative avec la mobilisation des associés lors des dernières assemblées générales et l’implication de certains associés dans la mise en œuvre des certaines actions (participation aux foires, auto-évaluation).

  • Depuis votre élection à la tête de cette institution, qu’est-ce qui vous a marqué ?

Les tâches et la responsabilité du PCA sont énormes ; il a fallu que je m’organise autrement. Mais, c’est très enrichissant et motivant.

J’ai trouvé aussi une équipe bien motivée et soudée malgré la dispersion des zones d’intervention.

  • Quels sont les grands chantiers ouverts ? Les perspectives ?

Les grands chantiers et les perspectives sont :

  • L’évaluation du Plan quinquennal finissant en juillet 2019 ;
  • La poursuite du processus de plaidoyer sur la citoyenneté Alimen-Terre ;
  • La mobilisation continue des ressources financières et humaines adéquates ;
  • Une meilleure appropriation de la SAADEV par le personnel, les Associés et les partenaires d’Inades-Formation Togo ;
  • La dynamisation accrue de la vie associative (journée de l’Associé, induction des nouveaux Associés, mise en place des commissions thématiques, visites terrain, etc.) ;
  • La mobilisation d’un nouveau membership jeune et plus équilibré genre ;
  • Etc.
  • S’il vous était demandé de faire un ou des reproches à la direction nationale, que lui diriez-vous ?

Je ne parlerai pas de reproches, mais plutôt des échanges constructifs avec la direction nationale dans le but de toujours mieux faire ; dans ce sens, une meilleure intégration des différents programmes dans des espaces concentrés est nécessaire pour mieux apprécier la participation communautaire, les changements de mentalités et de paradigme, pour créer une masse critique nécessaire pour constituer un véritable mouvement social afin de bien servir le commun pour un monde plus équitable.

Il y’a nécessité de remettre les journées pédagogiques au cœur des actions du bureau national.

Aussi j’encourage le DBN et son équipe à rejoindre massivement le mouvement en tant qu’aussi Associés d’Inades-Formation Togo.

  • Et si vous devriez lui jeter des fleurs, quel point retiendrait votre attention ?

Chaque pas posé en avant, petit soit-il, doit être encouragé ; la mobilisation des ressources tant financières qu’humaines est un effort soutenu qui mérite l’attention et les encouragements non seulement du PCA, mais aussi de tout le CA et des Associés.

  • Monsieur Ayessaki, comment trouvez-vous cette initiative de mettre un bureau à l’honneur sur le site d’Inades-Formation et ce pendant un mois ?

Toute action pour une meilleure visibilité des actions d’Inades-Formation en général et des bureaux nationaux en particulier est bienvenue et doit être saluée.

  1. Votre mot de fin, monsieur le Président.

Merci au Secrétariat Général et au bureau national pour cette initiative. Merci à nos partenaires qui participent et nous soutiennent dans notre mission.

Interview réalisée par la chargée de communication d’Inades-Formation Togo