Cyber-semences : un système de gestion des informations sur les semences basé sur les NTIC

Partager cet article

Share on facebook
Share on linkedin
Share on twitter
Share on email

Un Cyber-semence est un système d’information basé sur internet pour permettre aux paysans d’avoir une idée sur ce qui se fait dans les différentes coopératives en matière de production semencière et de denrées alimentaires. Dans une interview, Alphonse Kouassi KOUAME, co-concepteur des cyber-semences et actuellement Chargé du programme Entreprenariat collectif agricole (ECAGRI) au Secrétariat général d’Inades-Formation, présente ce système d’information. Il répond aux questions du journaliste Togolais Noel TADEGNON.

Noel Tadégnon : Vous avez mis en place un système d’information qui doit permettre au paysan de savoir les quantités et les variétés de semences dans les différentes coopératives de producteurs de semences, comment se présente ce système appelé « Cyber-semences » ?

Kouassi Alphonse Kouamé : Un Cyber-semence est un outil de collecte, de traitement et de gestion de données relatives aux semences. Ces données peuvent être : les variétés, la quantité de semences, la qualité des semences, les prix proposés, les zones de production et de stockage, les producteurs de semences et les paysans agents de qualité. En un mot, le Cyber-semence est un outil de gestion de l’information depuis le champ paysan jusqu’à la commercialisation. Il fait la promotion des produits semenciers à travers la traçabilité.

N T : Comment va –t-il fonctionner ?

K A K : Chaque Cyber-semence est relié à l’ordinateur central (national) appelé « Observatoire » qui est logé, dans le cas de la Côte d’Ivoire, au sein du Service semencier du Ministère en charge de l’Agriculture. Il peut cependant être domicilié dans toute autre structure publique ou privée compétente, et de préférence même, au sein des interprofessions. Le Cyber-semence est un site web dynamique et interactif destiné à promouvoir une communication dynamique entre producteurs et utilisateurs de semences. Il est domicilié au sein des OPA ou Coopératives qui l’animent. Ces dernières enregistrent les données concernant les disponibilités de semences (quantité, qualité, prix proposé, etc.) ainsi que leurs besoins. Ces données sont automatiquement accessibles au niveau de l’Observatoire.

N.T : Comment est-ce que l’information est collectée par les coopératives (est-ce en lien direct avec les agriculteurs) ?

K A K : L’information est collectée en relation directe avec les producteurs. Elle est effectuée par les paysans agents de qualité qui sont des paysans membres des OPA / Coopératives formés en la matière.

N.T : Qui utilisera cette information ? Dans quels objectifs et quel sera le profit potentiel pour les agriculteurs ?

K A K : Les utilisateurs de l’information sont : (i) Les Etats à travers les Services semenciers qui disposent ainsi de données fiables sur la filière semencière. Ces données serviront chaque année à l’élaboration des programmes semenciers nationaux qui déterminent les besoins par catégorie de semence et par variété ; (ii) Les agriculteurs à travers leurs organisations qui pourront trouver des clients pour écouler leurs productions mais aussi, connaître les sources potentielles de semences en cas de besoin ; (iii) Les sociétés semencières et les firmes phytopharmaceutiques pour la commercialisation de leurs produits ; (iv) Les commerçants (dealers, intermédiaires, grossistes) qui pourront également faire du business et créer une valeur ajoutée à la semence.

N.T : Comment se fera la participation des communautés rurales ?

K A K : Les communautés rurales prennent une part très active dans le fonctionnement du système. Les Cyber-semences sont logés dans les OPA / Coopératives et sont gérés par les agriculteurs eux-mêmes.

N.T : Le projet permettra-il un meilleur partage de l’information sur les semences et une préservation des connaissances endogènes qui jusque-là disparaissaient ?

K A K : Oui, nous pensons que ce projet va faciliter la circulation de l’information entre les différents acteurs de la filière. Il favorise la remontée et la diffusion de l’information sur les semences. A ce propos, d’autres outils des mass medias seront mis à contribution, notamment : les radios rurales, les journaux, les prospectus, les posters, etc. En ce qui concerne la valorisation des connaissances endogènes, le système fait la promotion des variétés traditionnelles et des connaissances endogènes qui les accompagnent. Il travaille sur la création de niches de marchés pour certaines variétés traditionnelles qui font l’objet d’une forte demande locale ou extérieure.

Pour plus d’information sur les Cyber-semences, visiter le site www.ci-semence.org

Continuez votre lecture...

FondAfrica

Inades-Formation
Au service du Bien Commun

FondAfrica

Inades-Formation vous remercie pour votre soutient  pour ses actions de développement économique et social en faveur du monde rural.

Votre don sera reversé au destinataire que vous avez choisi.

Suivez-nous en vous abonnant à notre newsletters.

Inades-Formation
Au service du Bien Commun

FondAfrica

1. Qu'est-ce que c'est ?

Le Fonds Africain d’appui au développement rural (FondAfrica) a été porté sur les fonts baptismaux le 23 juillet 1997 à Dar-es-Salaam en Tanzanie, à la suite d’un constat : le développement de l’Afrique ne passera que par son auto-financement.

FondAfrica est un appel à la générosité publique à travers des actions de collecte auprès des personnes physiques et morales.

2. Pourquoi faire un don ?

FondAfrica est un instrument particulier de la stratégie de financement d’Inades-Formation. FondAfrica a formulé sa vision à moyen terme ainsi qu’il suit « Dans 10 ans, et grâce aux revenus issus des fonds collectés par le Fondafrica, Inades-Formation aura porté sa capacité d’autofinancement des services rendus au monde rural africain à 40 % ».

Voulez-vous soutenir Inades-Formation dans ses actions de développement économique et social en faveur du monde rural? Si oui, alors agissez à travers FondAfrica en faisant un don.