KCOA/PCAC : un réseau d’acteurs de l’Agriculture Biologique en cours de création au Cameroun

WhatsApp Image 2023-02-13 at 12.11.36

Partager cet article

Share on facebook
Share on linkedin
Share on twitter
Share on email

Les organisations partenaires de mise en œuvre du projet Pôle de Connaissances de l’Agriculture Biologique en Afrique Centrale (PCAC) et plusieurs acteurs de la chaine de valeur de l’Agriculture Biologique se sont réunis à la Conférence Episcopale Nationale du Cameroun (CENC) 𝘥𝘶 18 au 19 Janvier 2023 pour constituer les bases de fonctionnement d’un réseau d’acteurs du bio.

 

Chef de file de l’Extrant Réseautage du projet « Pôle de Connaissances de l’Agriculture Biologique en Afrique Centrale » (PCAC), Inades-Formation Cameroun a conduit les travaux de réflexion qui se sont déroulés du 18 au 19 Janvier 2023 à Yaoundé, plus précisément à la Conférence Episcopale Nationale du Cameroun (CENC), sise à Mvolyé. La réalisation de cette activité a regroupé  les cinq organisations partenaires de mise en œuvre dudit projet (Inades-Formation Cameroun, CPF, GADD,  SAILD et CIPCRE) et plusieurs acteurs de la chaine de valeur de l’Agriculture Biologique au Cameroun (Fournisseurs en intrants, semenciers, producteurs, grossistes et transformateurs de la chaine de valeur) venant de diverses localités du Cameroun (Maroua, Bamedjou, Baham, Mbouda, Bamenda, Soa, Mbalmayo, Bafoussam, Dschang, Ebolowa, Esse, Bandjoun et Yaoundé).

Alain LEKEULEM, Directeur National d’IF Cameroun souhaitant la bienvenue aux participants

 

Modérés par M. MEIGNO Raphael, Assistant technique plateforme et réseaux du PCAC à Inades-Formation Cameroun, les travaux se sont déroulés en carrefour. Avant le démarrage, les participants ont d’abord pris connaissance du projet PCAC/CCAB piloté par les cinq organisations partenaires susmentionnées. L’objectif visé par cette rencontre était de mener des réflexions en vue de l’élaboration des textes de base de fonctionnement d’un réseau d’acteurs de l’Agriculture Biologique au Cameroun.

 

 
M. MEIGNO Raphaël, modérateur des travaux

Rappelons que le projet PCAC est mis en œuvre par la Deutsche Gesellschaft für Internationale Zusammenarbeit (GIZ) GmbH dans le cadre du soutien financier du Ministère fédéral de la Coopération économique et du Développement (BMZ) de l’Initiative spéciale « Un Seul Monde Sans Faim / One-World-No-Hunger » (SEWOH). Ce projet se déroule dans cinq régions de l’Afrique, à savoir : l’Afrique Centrale, l’Afrique du Nord, l’Afrique de l’Ouest, l’Afrique du Sud et l’Afrique de l’Est.

Le contenu des textes de la boite à outils pour le fonctionnement du réseau en construction a été élaboré par un consultant. Cette boîte à outils comportait les textes suivants : les Statuts de l’association, le Règlement Intérieur, la Charte Ethique et les Documents de politique (genre, environnement). Ces différents documents présentés aux participants ont constitué la base de ces travaux de réflexion qui seront été élaborés par des groupes constitués. Ces groupes se sont retrouvés en plénière pour présenter et analyser les différentes propositions portées à ces textes.

La première phase de l’atelier a été consacrée à la présentation des avantages et inconvénients de différents modèles organisationnels. Après plusieurs heures de travaux, les participants ont procédé à la compilation des diverses parties du document. Les échanges et discussions, alimentés par des relectures ont conduit à retenir la forme associative comme modèle organisationnel du réseau. Le nom retenu a été le suivant : Réseau des Acteurs Bio du Cameroun ( RABIO-CAM).

Une vue des participants lors des réflexions en travaux de groupe

La deuxième phase a vu la création et la mise en place des bases du fonctionnement du réseau d’acteurs de l’Agriculture Biologique. Ici, l’accent a été mis sur le partage d’expériences entre participants. Les réflexions se sont poursuivies en groupes constitués la veille et ces derniers ont planché sur les textes des politiques environnementales, genre et éthique. Certains se sont occupés des politiques environnementales tandis que d’autres, de la politique genre et de la charte éthique. En outre, un autre groupe s’est penché sur les statuts et le règlement intérieur du réseau.

Les travaux se sont achevés par des restitutions en plénière et la formulation d’une synthèse de recommandations à l’endroit du consultant.

 

Marguerite MOMHA, Communication Inades Formation Cameroun.

 

 

Continuez votre lecture...

FondAfrica

Inades-Formation
Au service du Bien Commun

FondAfrica

Inades-Formation vous remercie pour votre soutient  pour ses actions de développement économique et social en faveur du monde rural.

Votre don sera reversé au destinataire que vous avez choisi.

Suivez-nous en vous abonnant à notre newsletters.

Inades-Formation
Au service du Bien Commun

FondAfrica

1. Qu'est-ce que c'est ?

Le Fonds Africain d’appui au développement rural (FondAfrica) a été porté sur les fonts baptismaux le 23 juillet 1997 à Dar-es-Salaam en Tanzanie, à la suite d’un constat : le développement de l’Afrique ne passera que par son auto-financement.

FondAfrica est un appel à la générosité publique à travers des actions de collecte auprès des personnes physiques et morales.

2. Pourquoi faire un don ?

FondAfrica est un instrument particulier de la stratégie de financement d’Inades-Formation. FondAfrica a formulé sa vision à moyen terme ainsi qu’il suit « Dans 10 ans, et grâce aux revenus issus des fonds collectés par le Fondafrica, Inades-Formation aura porté sa capacité d’autofinancement des services rendus au monde rural africain à 40 % ».

Voulez-vous soutenir Inades-Formation dans ses actions de développement économique et social en faveur du monde rural? Si oui, alors agissez à travers FondAfrica en faisant un don.