Plantation d’hévéa

Depuis l’année 2014, les populations riveraines de l’Arrondissement de Lokoundje dans le Département de l’Océan  au Cameroun, mènent un combat contre la société agro-industrielle Hévéa du Cameroun (Hévécam). Principale cause du différend, le non-respect du cahier de charges liant les deux parties, notamment la non libération de l’espace vital de 4 km dans les trois villages (Déhané, Elogbatindi et Mbebe) accaparé par ladite entreprise dans le cadre de l’extension de ses plantations. En effet, ces espaces étaient prévus pour le développement des activités agro-pastorales des communautés locales, véritable socle pour la réalisation des moyens de subsistance des populations. Il va sans dire que, l’insécurité foncière créée par les occupations massives de terres dans la zone, par HEVECAM a eu comme corollaire, la baisse du volume de production au niveau local, l’insécurité alimentaire, la recomposition socio professionnelle des populations, la baisse du pouvoir d’achat des populations, mais également une forte demande en produits alimentaires. C’est pourquoi, la nécessité de mener des actions conduisant à une augmentation de la production dans la zone trouve toute sa pertinence.

Malgré tous les soulèvements orchestrés par les communautés riveraines, sous la houlette de l’Association « Nyong et Lokoundjé Survivor », la réclamation est restée lettre morte. La descente de la commission cadastrale du Ministère des domaines, en avril 2016, qui avait pour but de délimiter les espaces querellés n’a rien changé à la situation des populations de ces villages.

Inades –Formation Cameroun, dans le cadre du projet intitulé « projet de lutte contre l’insécurité foncière rurale pour la satisfaction des besoins alimentaires des populations autour des agro industries et des zones d’implantation des projets dits structurants au Cameroun, » a mené des actions de lobbying/plaidoyer et initié une série de concertations stratégiques en vue de trouver une solution durable à cette situation. Un partenariat a été noué avec l’association locale « Nyong et Lokoundjé Survivor », dans le but d’accompagner les communautés dans la restauration de leurs droits.

Lors de la restitution des résultats de l’étude réalisée sur le foncier dans les deux zones du projet, Inades-Formation Cameroun a réussi à faire asseoir sur une même table, les membres de la société Hévecam, les administrations locales et les communautés riveraines. Les différents acteurs, après avoir écouté le rendu du rapport et échangé âprement, ont fait des propositions en vue de la sécurisation des espaces des communautés et améliorer les rapports entre l’entreprise et les communautés. 

Les bases d’une sortie de crise étant posées, les concertations impulsées par Inades-Formation, en collaboration avec l’association sus évoquée ont abouti à un accord de principe pour le respect et la matérialisation des clauses du cahier de charges de la société Hévecam dont celle de laisser aux communautés locales un espace vital de 4Km, du côté d’Elogbatindi, à la grande joie des communautés de ladite localité. Cet espace sera matérialisé en présence du sous-préfet, des autorités administratives, des dirigeants d’Hévecam et des communautés riveraines. Le plaidoyer continue afin que l’espace vital soit également rétrocédé dans les deux autres villages cibles du projet à Mbebe et Déhané dans la même localité.