Dans le cadre de la commémoration de la journée internationale de la femme célébrée le 08 mars, Inades-Formation Togo a organisé du 15 au 18 mars 2021, une session de formation sur ‘’ les droits socioéconomiques des femmes’’ à l’endroit des producteur(trice)s agricoles des cantons de Goubi et de Balanka’’ dans la commune de Tchamba 3. Cette formation s’inscrit dans le cadre du projet ‘’Transition agroécologique et promotion des droits humains dans la préfecture de Tchamba’’, financé par ASTM. Elle vise à accroitre la participation et l’autonomie des femmes, à rendre plus visible leur contribution à l’économie familiale et à leur permettre de s’affirmer socialement.

A Tchamba comme dans beaucoup d’autres localités au Togo, les problèmes socioéconomiques constituent de réels enjeux. Ils sont caractérisés entre autres par la pauvreté, les violences basées sur le genre, le non-accès aux ressources naturelles telles, l’eau, les terres, les forêts. L’ignorance, la méconnaissance, le déficit d’accompagnement des populations rurales sur les droits humains en sont les principales causes. C’est pour corriger le tir qu’Inades-Formation Togo a choisi de former les producteurs agricoles de la commune de Tchamba 3 sur la question.

Affiche de sensibilisation

Quatre modules ont été développés. Ils portent sur les différences biologiques, les types de violence basée sur le genre, les droits socioéconomiques et l’importance de la communication au sein de la communauté. Pour la consultante, Mme AGUEY : « l’éducation aux droits de l’homme élève les êtres humains à la reconnaissance de leurs droits. Plus les êtres humains connaissent leurs droits, plus ils sont conscients de leur dignité humaine et sont aptes à les faire valoir. Plus les hommes connaissent les droits socioéconomiques des femmes, moins ils les brimeront. Les femmes elles-mêmes, pourront légalement et aisément réclamer leurs droits ». « L’homme et la femme ne sont différents qu’au niveau biologique. Leurs différents rôles socioéconomiques peuvent toujours changer et tendre vers l’égalité », a-t-elle poursuivi.

Simulation d’un homme qui balaie

L’initiative est bien appréciée par les bénéficiaires.

« Cette formation m’a permis de comprendre l’importance de la célébration du mariage civil ; une clé pour bénéficier de l’héritage surtout dans nos foyers polygames. Je n’avais aucune idée de tout ça. Merci à Inades-Formation Togo qui vient de m’ouvrir les yeux. Et puis, c’est à la radio j’entendais parler du 8 mars, journée de la femme. Aujourd’hui j’ai pu avoir des idées claires. A mon retour, j’en parlerai à mes consœurs » a déclaré Mme ADEBAYO, une productrice à Balanka.

« Nos femmes sont nos sœurs, et nous nous devons de les chérir. Nous ne devons plus les battre, les violer, leur crier dessus, mais nous devons leur faire confiance, les accompagner dans leurs activités économiques et dans l’éducation de nos enfants. C’est par ignorance ou par orgueil masculin, que nous faisons certaines choses. Il faut que ça change. Nous allons

faire l’effort de mettre en application les informations reçues à cette session pour que notre commune soit un exemple » a confié M. Oladé, un producteur à Goubi.

Soixante-quatre producteur(trice)s agricoles dont trente-sept femmes, ont pris part aux sessions. A l’issu des formations deux comités cantonaux de trois membres par comité ont été mis en place. Ils se chargeront de restituer les connaissances acquises auprès de leurs pairs. Ils veilleront aussi au respect des droits humains notamment les droits socioéconomiques des femmes dans les communautés. Dans les prochains jours, la même formation se fera dans trois autres cantons de la commune.

Service Communication Inades-Formation Togo