KCOA Cameroun: L’agriculture biologique gagne du terrain avec le projet PCAC

Photo de famille

Partager cet article

Share on facebook
Share on linkedin
Share on twitter
Share on email

Du 17 au 18 Juillet 2023, les cinq organisations partenaires de mise en œuvre du projet Pôle de Connaissances de l’Agriculture Biologique en Afrique Centrale « PCAC » se sont réunis à Yaoundé pour l’atelier de lancement de la seconde phase dudit projet,  organisé par la GIZ.

L’agriculture biologique et les approches agroécologiques gagnent du terrain dans plusieurs de nos régions au Cameroun. Après une première phase d’implémentation réussie, le PCAC entame sa seconde phase au Cameroun. Les 17 et 18 Juillet 2023 s’est tenu au Mérina Hôtel de Yaoundé (capitale politique du Cameroun), l’Atelier de lancement des activités de la deuxième phase du Projet « Pôle de Connaissances de l’Agriculture Biologique en Afrique Centrale ». L’atelier a été facilitée par Madame Eva Paule MOUZONG, facilitatrice principale du projet.

L’atelier a été rehaussé par la présence de certains Directeurs et Coordonnateurs nationaux des organisations partenaires, de plusieurs responsables techniques et des points focaux du Pôle. 

Le Directeur National d’Inades-Formation Cameroun durant cette assise.

 

Cette assise a été l’occasion pour le personnel du projet, d’échanger physiquement et d’évaluer les activités et les résultats obtenus au cours de la première phase du projet, mais aussi de jeter les bases organisationnelles pour une meilleure mise en œuvre des activités de la seconde phase. 

Les (5) cinq organisations partenaires de mise en œuvre du projet au Cameroun à savoir : Inades-Formation Cameroun, CIPCREGADDCPF et SAILD  ont, durant les travaux, échangé sur leurs activités planifiées et établi des synergies d’actions pour cette nouvelle phase qui s’étalera sur une période de  6 mois. Les autres actions menées au cours de l’atelier ont porté sur des travaux de réflexions sur les contenus et les formats de capitalisation des activités ainsi que des résultats de la première phase du pôle PCAC. Au terme des débats et discussions, les participants ont dressé une feuille de route des actions à mener dont les principaux axes ont porté sur : Les synergies à envisager par rapport au activités de la phase 2, le processus de capitalisation des activités de la phase 1 du PCAC et la mise sur pied d’un dispositif de suivi.

La finalisation du processus de capitalisation de la 1ère phase du projet a été l’une des recommandations fortes de cet atelier.  Une task force composée de plusieurs membres et coordonnée par le Point focal communication du PCAC a été mise en place pour conduire le travail. Selon les participants à l’atelier, la capitalisation vise à mieux valoriser et positionner le PCAC comme levier du développement durable au Cameroun. Le délai projeté de la production de ce document est novembre 2023.

 

Résultats phares de la phase I

La disponibilité de la plateforme numérique (db.kcoa-africa.org) développée par la GIZ et encore privée est en un résultat fort. Une cinquantaine de multiplicateurs ToToT et non ToToT y sont déjà enregistrés. Ces derniers diffusent les connaissances pertinentes sur l’agriculture biologique. L’on note également une vingtaine de produits de connaissances téléversés en instance de vérification/validation. Un comité de validation a été mis sur pieds. La création d’un réseau d’acteurs de la filière bio dénommée RABIOCAM (Réseau des Acteurs Bio du Cameroun) est également à signaler ainsi que la disponibilité des champs écoles dans les différentes zones d’intervention. En quelques mois, le projet PCAC a permis d’améliorer les connaissances des acteurs sur les performances de l’agriculture biologique par rapport à l’agriculture conventionnelle dans les différentes zones d’interventions. Le projet PCAC  vise à combler les lacunes en matière de connaissances afin de promouvoir des systèmes alimentaires qui assurent la sécurité alimentaire et respectent l’environnement.

Une vue d’un participant d’Inades-Formation Cameroun énumérant les principaux résultats du projet obtenus à la phase 1.

Quelques leçons apprises de la première phase

La rencontre a permis de partager les premiers résultats du pôle et aussi de recueillir les suggestions et contributions des participants pour l’amélioration de la deuxième phase. Les principales leçons apprises à l’issue de la première phase de mise en œuvre sont les suivantes :

  • L’organisation des rencontres régulières entre les membres du PCAC en présentiel est nécessaire pour maintenir les acteurs mobilisés et à jour des évolutions du projet,
  • La capitalisation des évènements organisés par les différentes organisations du Pôle, la connexion entre les Maîtres formateurs ToToT et les organisations de mise en œuvre du projet notamment celles en charges de l’Extrant B sont indispensables pour la coordination et le suivi adéquat des formations des multiplicateurs,
  • La diffusion des connaissances s’appuie non seulement sur les PC (Produits de Connaissances) issus de l’Extrant A mais également des PC non validés qui existent en Afrique Centrale,
  • Un suivi plus systématique des multiplicateurs y compris leur coaching et leur recyclage sont nécessaires et contribuent à une meilleure appropriation des connaissances diffusées et à maintenir l’adhésion des multiplicateurs du projet….
La facilitatrice coordonnant les travaux de groupe

Perspectives

L’adoption d’un 4ème Extrant relatif au plaidoyer dans le projet KCOA. Madagascar, pays francophone, va intégrer la dynamique du projet KCOA et à cet effet, une formation sur les DPI est programmée au mois d’Aout 2023.

A titre de rappel, le projet CCAB-KCOA est financé par le Ministère Fédéral Allemand de la Coopération Economique et du Développement (BMZ) et mis en œuvre par la Coopération allemande (GIZ) en partenariat avec les organisations locales des 5 pôles régionaux du continent africain : Afrique du Nord (PCAN/KHNA), Afrique Australe (PCAA/KHSA), Afrique de l’Est (PCAE/KHEA), Afrique de l’Ouest (PCAO/KHWA) et Afrique Centrale (PCAC/KHCA). Il s’adosse désormais sur l’initiative spéciale « TRANSFORMATION DES SYSTEMES AGROALIMENTAIRES (SI AGER) », anciennement appelée l’initiative spéciale « UN MONDE sans faim ».

Marguerite MOMHA, Communication Inades-Formation Cameroun

Album Photo de l’atelier

Continuez votre lecture...

FondAfrica

Inades-Formation
Au service du Bien Commun

FondAfrica

Inades-Formation vous remercie pour votre soutient  pour ses actions de développement économique et social en faveur du monde rural.

Votre don sera reversé au destinataire que vous avez choisi.

Suivez-nous en vous abonnant à notre newsletters.

Inades-Formation
Au service du Bien Commun

FondAfrica

1. Qu'est-ce que c'est ?

Le Fonds Africain d’appui au développement rural (FondAfrica) a été porté sur les fonts baptismaux le 23 juillet 1997 à Dar-es-Salaam en Tanzanie, à la suite d’un constat : le développement de l’Afrique ne passera que par son auto-financement.

FondAfrica est un appel à la générosité publique à travers des actions de collecte auprès des personnes physiques et morales.

2. Pourquoi faire un don ?

FondAfrica est un instrument particulier de la stratégie de financement d’Inades-Formation. FondAfrica a formulé sa vision à moyen terme ainsi qu’il suit « Dans 10 ans, et grâce aux revenus issus des fonds collectés par le Fondafrica, Inades-Formation aura porté sa capacité d’autofinancement des services rendus au monde rural africain à 40 % ».

Voulez-vous soutenir Inades-Formation dans ses actions de développement économique et social en faveur du monde rural? Si oui, alors agissez à travers FondAfrica en faisant un don.