Inades-Formation présente les résultats du projet Biofabrique Cacao Côte d’Ivoire

P1270372web-2

Partager cet article

Share on facebook
Share on linkedin
Share on twitter
Share on email

Les coopératives SCEB et CAMAYE, accompagnées par Inades-Formation et l’IRD et ETHIQUABLE ont mis en œuvre de 2021 à 2023, en Côte d’Ivoire le projet biofabrique cacao Côte d’Ivoire. Les résultats de ce projet, composante du programme Equité mené par AVSF en Afrique de l’Ouest et financé par l’AFD, ont été présenté lors d’un atelier de capitalisation organisé du 13 au 14 Juillet à Abidjan.

Les 13 et 14 juillet 2023, Inades-Formation, les coopératives SCEB et CAMAYE, l’IRD et AVSF membres du consortium pour la mise en œuvre du projet biofabrique : recherche-action-formation pour une cacaoculture agro-ecologique et bio autour des bio-fabriques en Côte d’Ivoire en abrégé projet Biofabrique Cacao-Côte d’Ivoire, ont présenté les résultats dudit projet à des acteurs de la cacaoculture en Côte d’Ivoire et aux partenaires au développement.

L’atelier de restitution qui a réuni une trentaine de participants dont les structures gouvernementales, à savoir MEMINADER, le ministère de l’environnement ; les industriels et acteurs du secteur cacao et les partenaires au développement, à l’hôtel Bluebay à Abidjan, a permis aux différents acteurs du projet de partager leurs expériences et les résultats des activités marquantes du projet.

Le projet Biofabrique avait pour le but de contribuer au développement d’un secteur bio en Côte d’Ivoire et rendre accessible et abordable les intrants organiques et les pesticides biologiques issus de recettes adaptées aux contextes locaux et aux besoins des producteurs pour accroître la valeur ajoutée du cacao mais surtout qui passe par une expérience alternative, sans intrants chimiques afin d’assurer la transition agro-forestière et agroécologique.

En effet, le secteur du cacao en Côte d’Ivoire doit faire face aux normes de l’agriculture durable. L’intensivité de sa production avec l’usage des pesticides chimiques de synthèse, la monoculture et la déforestation entrainée par la culture du cacao aggrave les effets du changement climatique et une baisse de la production. Pour sortir de ce cercle vicieux, certains agriculteurs qui se sont tournés vers le cacao bio mais se retrouvent confrontés à la difficulté d’accès aux biointrants.

Réalisé à en Côte d’Ivoire, Abengourou et à Tiassalé avec respectivement les coopératives CAMAYE et SCEB engagées dans le cacao bio, le projet biofabrique était subdivisé en 3 composantes que sont : la mise en place et l’équipement des biofabrique, la recherche-action et la formation de formateurs et de organisations paysannes aux pratiques agroécologiques.

Inades-Formation a organisé les différentes formations des producteurs et des techniciens à la fabrication des fertilisants et pesticides bio, aux bonnes pratiques agricoles dont la taille des cacaoyers et l’agroforesterie, à l’application de ces biointrants, à la gestion de biofabrique, etc. Les producteurs formateurs ont bénéficié de voyages d’échanges et de formation au niveau de la sous-région et dans des centres de référence tel le centre Songhai du Benin.

Les biointrants préparés, l’ont été à partir d’adaptation de recettes de biointrants produites en Amérique latine. Des parcelles expérimentales ont été créés pour observer l’impact des pratiques appliquées et les ont été producteurs associés à la collecte des données dans le cadre de la recherche-action. Le centre IRD est intervenu pour la collecte et l’analyse des données.

Parmi les résultats de ce projet, on peut retenir la formation de (nombre) producteurs à la fabrication de biointrants, la mise en place de deux biofabriques fonctionnelles à Camayé et à la SCEB, l’efficacité des biointrants produits et appliquées dans les champs, l’augmentation de la production des cacaoculteurs impliqués.

Les bio fabriques sont des unités de production d’un large spectre de biointrants pour une protection complète des cultures et d’amélioration de la fertilité des sols. Elles basent leur principe sur la valorisation des déchets de culture et de micro-organisme.

Selon le coordonnateur du projet, M. Goné Aristide, « cette innovation facilite le quotidien des producteurs et productrice de cacao en particulier car elle est facile à mettre en place et réduit considérablement leur coût de production. Nos recherches nous permettent de confirmer l’effet positif de ces biointrants issus des bio fabriques sur le rendement des cacaoyers, sur la fertilité des sols et sur la réduction des ravageurs des cultures. L’innovation a donc un réel impact positif sur les sols et sur la si le revenu des producteurs est productrices ».

Les participants ont apporté leurs critiques au projet et fait des propositions pour améliorer de futures actions similaires.

M. Akomola KOMLAN, Responsable AVSF Côte d’Ivoire, responsable du programme Equité en Afrique de l’Ouest, dans le cadre duquel s’est déroulé le projet Biofabrique, se dit satisfait de la mise en œuvre du projet. « Les différents résultats présentés sont très positifs. Et déjà je tiens à remercier Inades-Formation, les coopératives SCEB et CAMAYE et ETHIQUABLE pour leur implication à la réussite de ce projet. Je suis satisfait parce qu’en Côte d’Ivoire, cette initiative a été rapidement adoptée par les coopératives ». Toutefois, le processus n’est pas encore abouti. D’où ce présent atelier pour capitaliser et recueillir les suggestions pour une éventuelle prochaine étape ou mise à l’échelle.

A la fin de l’atelier, les participants ont dit leur satisfaction d’avoir été associé à cette restitution qui leur a permis de découvrir cette initiative qu’ils ont jugé vraiment appréciable comme en témoigne M. Dosso, chargé d’étude au service engrais de la direction engrais, semence et programmes assimilés du ministère d’Etat, ministère de l’agriculture : « C’est une bonne initiative à encourager, surtout que les producteurs ont été formés à produire leurs propres intrants. C’est une initiative qu’il serait intéressant d’introduire dans les programmes de formation des écoles agricoles. Le besoin des bio intrants est grand et le marché est ouvert. Les jeunes peuvent donc s’y intéresser ».

« À travers les résultats de ce projet pilote, nous souhaitons rendre l’innovation accessible au plus grand nombre de producteurs et productrice de cacao grâce à un appui de nos institutions telles que le Conseil café-cacao et la primature parce que les résultats de ce projet rentrent dans le cadre de la stratégie nationale sur le cacao durable en Côte d’Ivoire. » Conclura M. Aristide Goné, coordonnateur du projet.

Service communication – Inades-Formation  – Secrétariat Général

Galerie photos de l’atelier

Continuez votre lecture...

FondAfrica

Inades-Formation
Au service du Bien Commun

FondAfrica

Inades-Formation vous remercie pour votre soutient  pour ses actions de développement économique et social en faveur du monde rural.

Votre don sera reversé au destinataire que vous avez choisi.

Suivez-nous en vous abonnant à notre newsletters.

Inades-Formation
Au service du Bien Commun

FondAfrica

1. Qu'est-ce que c'est ?

Le Fonds Africain d’appui au développement rural (FondAfrica) a été porté sur les fonts baptismaux le 23 juillet 1997 à Dar-es-Salaam en Tanzanie, à la suite d’un constat : le développement de l’Afrique ne passera que par son auto-financement.

FondAfrica est un appel à la générosité publique à travers des actions de collecte auprès des personnes physiques et morales.

2. Pourquoi faire un don ?

FondAfrica est un instrument particulier de la stratégie de financement d’Inades-Formation. FondAfrica a formulé sa vision à moyen terme ainsi qu’il suit « Dans 10 ans, et grâce aux revenus issus des fonds collectés par le Fondafrica, Inades-Formation aura porté sa capacité d’autofinancement des services rendus au monde rural africain à 40 % ».

Voulez-vous soutenir Inades-Formation dans ses actions de développement économique et social en faveur du monde rural? Si oui, alors agissez à travers FondAfrica en faisant un don.