Le Comité National de promotion de l’Agriculture Familiale au Burkina Faso engagé pour l’amélioration des conditions d’exercice de l’agriculture familiale au Burkina Faso

Partager cet article

Share on facebook
Share on linkedin
Share on twitter
Share on email

Le Comité National de promotion de l’Agriculture Familiale au Burkina Faso (CNAF Burkina) créé en 2015 est une organisation née du Comité National pour la Célébration de l’Année Internationale de l’Agriculture Familiale (AIAF 2014) au Burkina Faso. Il est composé de 50 organisations membres ou sympathisantes dont des organisations paysannes, des associations de développement et des ONG. Cette structure est engagée depuis 2017 dans la mise en œuvre du « projet d’amélioration des conditions d’exercice de l’agriculture familiale au Burkina Faso« . Le projet  bénéficie du financement du Forum Rural Mondial et est prévu pour prendre fin en Octobre 2018.

 

Dans une exploitation familiale au Burkina Faso

Les statuts de l’exploitant et de l’exploitation agricole familiale sont reconnus par la Loi d’Orientation agro-sylvo-pastorale halieutique et faunique (LOASPHF) votée au Burkina en 2015. Cette loi est censée permettre d’assurer le respect des droits humains et l’équité sociale dans le secteur agricole. Malheureusement, elle n’a pas été suivie de texte d‘application.

Par ailleurs, en 2015, le gouvernement a entamé l’élaboration de la deuxième phase du programme national du secteur rural (PNSR II). Cela constitue une opportunité pour les paysans pour obtenir la prise en compte de leurs préoccupations.

Le projet, présentement mis en œuvre par le CNAF Burkina, vise de ce fait, à contribuer à la promotion de l’agriculture familiale à travers la mise en œuvre de la Loi d’Orientation agro-sylvo-pastorale halieutique et faunique au Burkina Faso et aussi à la mise en œuvre de la seconde phase du Programme National du Secteur Rural.

De façon concrète, le CNAF est appelé dans le cadre dudit projet à contribuer à l’adoption d’un décret d’application relatif au statut juridique de l’exploitation et de l’exploitant agricole tel que défini par la LOASPHF. Il devra aussi défendre les intérêts des exploitants agricoles familiaux lors de l’élaboration et la mise œuvre de la 2ème phase du programme national du secteur rural. Il est attendu aussi du CNAF la capitalisation de la participation des organisations paysannes et des organisations de la société civile à l’élaboration des politiques agricoles.

Pour que les attentes et préoccupations des exploitants agricoles familiaux soient réellement prises en compte dans la phase II du PNSR, le CNAF Burkina a initié plusieurs activités lors de la formulation de ce Programme. Il s’agit notamment de :

  • la transmission au gouvernement d’un mémorandum des organisations professionnelles agricoles sous forme de note contributive à l’élaboration du PNSR II;
  • la tenue des ateliers régionaux de préparation des Organisations Professionnelles Agricoles (OPA) dans le cadre de la formulation des PNSR régionaux;
  • la tenue d’un atelier de restitution des conclusions de l’atelier régional de renforcement de la dynamique d’implication des OPA au processus de formulation des Programmes Nationaux d’Investissement Agricole pour la Sécurité Alimentaire et Nutritionnelle (PNIASAN);
  • la tenue d’un atelier national d’examen du document provisoire du PNSR II;
  • l’appui des OPA et OSC à la participation aux consultations régionales et à l’atelier national de validation du PNSRII.

Les activités conduites dans le cadre de l’adoption d’un décret d’application relatif au statut juridique de l’exploitation et de l’exploitant agricole ont porté sur la revue des textes d’application de la LOASPHF qui a permis le toilettage de 7 décrets d’application.

En perspective,  le CNAF, prévoit de former les leaders d’OPA sur le suivi des politiques publiques en occurrence le PNSRII. A cet effet, le document du PNSRII sera simplifié, multiplié et diffusé auprès des acteurs à la base pour une meilleure connaissance du contenu et la facilitation du suivi. Les expériences du CNAF en matière d’influence des politiques agricoles seront capitalisées et diffusées.

Une rencontre d’échange entre le bureau de coordination du CNAF – Burkina Faso et lune délégation du Forum Rural Mondial

Le CNAF se prépare également pour l’organisation d’un atelier d’élaboration de messages clés de plaidoyer à l’endroit des décideurs. Des audiences sont prévues avec les autorités ministérielles en charge du secteur rural pour l’introduction du décret d’application de la LOASPHF en conseil des ministres. Il y aura aussi des démarches au niveau de l’Assemblée Nationale pour l’adoption des décrets d’application de ladite loi.

Des réflexions seront engagées sur le statut de l’exploitation  et de l’exploitant agricole. Un atelier national de réflexion sera organisé à cet effet et un document de positionnement du CNAF sera produit.  Pour permettre à un large public d’être mieux éclairé sur la question du statut de l’exploitation et de l’exploitant agricole, des débats télévisés seront également organisés.

Continuez votre lecture...

FondAfrica

Inades-Formation
Au service du Bien Commun

FondAfrica

Inades-Formation vous remercie pour votre soutient  pour ses actions de développement économique et social en faveur du monde rural.

Votre don sera reversé au destinataire que vous avez choisi.

Suivez-nous en vous abonnant à notre newsletters.

Inades-Formation
Au service du Bien Commun

FondAfrica

1- Faire le don par mobile money

WaveOrange MoneyMtn Mobile Money Mobile Money

Veuillez utiliser l’un des moyens mobile money ci-dessous:

  • Wave : +225 99 9999999
  • Orange Money : +225 99 9999999
  • Mtn Money : +225 99 9999999
  • Moov Money : +225 99 9999999

Nb: Faites l’opération avec votre propre téléphone vers le compte mobile money choisi. Puis, nous vous prions de renseigner le formulaire ci-dessous en reportant le numéro de la transaction que vous venez de faire afin de nous informer. Nous vous remercions.

2. Informez-nous de votre don

Mes informations personnelles

Vos données personnelles ne seront pas communiquées à des tiers.

FondAfrica

1. Qu'est-ce que c'est ?

Le Fonds Africain d’appui au développement rural (FondAfrica) a été porté sur les fonts baptismaux le 23 juillet 1997 à Dar-es-Salaam en Tanzanie, à la suite d’un constat : le développement de l’Afrique ne passera que par son auto-financement.

FondAfrica est un appel à la générosité publique à travers des actions de collecte auprès des personnes physiques et morales.

2. Pourquoi faire un don ?

FondAfrica est un instrument particulier de la stratégie de financement d’Inades-Formation. FondAfrica a formulé sa vision à moyen terme ainsi qu’il suit « Dans 10 ans, et grâce aux revenus issus des fonds collectés par le Fondafrica, Inades-Formation aura porté sa capacité d’autofinancement des services rendus au monde rural africain à 40 % ».

Voulez-vous soutenir Inades-Formation dans ses actions de développement économique et social en faveur du monde rural? Si oui, alors agissez à travers FondAfrica en faisant un don.