Articles

A travers la mise en œuvre du projet « Adaptation au Changement Climatique pour la gestion des ressources en Eau et Sol » (ACCES+) sous le financement de la coopération allemande via l’entreprise GIZ, Inades-Formation Burundi a significativement accompagné les Champs Ecoles des Producteurs (CEP) entre 2015 et 2021 en deux phases.  La population rurale bénéficiaire a implémenté des techniques et des pratiques de gestion durable de l’eau et des sols en vue d’accéder à la sécurité alimentaire, de prévenir les catastrophes et de renforcer la résilience climatique.

Le projet a contribué à l’amélioration des capacités des productrices et producteurs agricoles à réaliser des mesures sensibles au changement climatique. La zone d’action touchée par les interventions dudit projet était constituée par 13 collines suivantes : Murambi et Rubanda de la commune Mutambu, Musenyi et Kinama de la commune Nyabiraba, Mageyo et Muhororo de la commune Mubimbi, Kwigere et Nyakibande de la commune Isare en Province Bujumbura ; les collines Burangwa et Kagona de la commune Bugarama en Province Rumonge et Nyambo, Kidasha et Bihangare de la commune Marangara en Province Ngozi.

Pour soutenir les initiatives des producteurs impliqués, le projet a rendu disponible des semences à cycle court et adaptées aux variabilités climatiques distribués aux producteurs membres des CEP. Les semences adéquates choisies en commun accord avec les bénéficiaires par rapport à leur résilience selon la zone d’action étaient composées notamment par les ignames, le maïs, le haricot volubile, le soja, la patate douce à chaire orange, etc. Celles préférées à cycle court sont en l’occurrence les amarantes, les choux, les oignons rouge et blanc, les carottes, les poivrons, les céleris, etc. Ces cultures ont été mises en place soit dans les champs de démonstration des CEP soit dans leurs champs collectifs et dans les jardins de cuisine de membres de CEP.

Champs de haricot volubile à Marangara

Champs des oignons irrigués en saison sèche à Mutambu

 D’une pierre deux coup, le projet a facilité des observations de la plante/la culture dans son système écologique pour s’enquérir de ses problèmes, chercher à comprendre et à apprendre sur les causes des problèmes et les interactions entre les différents éléments du système afin de prendre et exécuter des décisions appropriées (Analyse de l’Agro-EcoSystem : AAES).  Cette approche a permis aux membres de CEP de s’organiser pour mettre en place des champs collectifs composés essentiellement par des semences à cycle court.

Bien plus, le projet avait formé les membres de CEP sur les différentes techniques de production de la fumure organique en utilisant des compostières en fosses, les compostières en surface avec ou sans activateurs, l’utilisation de l’or jaune en provenance d’AKASUGA (toilettes écologiques) et l’utilisation des biofertilisants (feuilles de Tithonia, Calliandra, Leucaena). En utilisant toutes ces technique, les membres des CEP ont augmenté très considérablement leurs productions. Une partie de leurs récoltés a été consommée dans les ménages et le surplus a été vendu afin de se procurer d’autres besoins spécifiques.  Même si le projet consistait à l’adaptation au changement climatique, il a permis de développer d’autres activités d’autopromotion des ménages. Durant les trois dernières années de la période du projet (2019-2021) les ménages accompagnés ont pu s’acheter du gros bétail (vache), le petit bétail (moutons, porcelets, chèvres), les volailles et ont fait l’extension de leurs propriétés à travers la location des terrains. Ils ont aussi formé des petits groupes d’épargne et de crédit communautaire qui leur ont permis de s’acheter 548 foyers améliorés.

Porcelets achetés dans le cadre des activités d’autopromotion à Marangara

Vache achetés dans le cadre des activités d’autopromotion à Isare

Inades-Formation Burundi se réjouit des résultats atteints et surtout cette capacité d’introduire des mécanismes de résilience communautaires et variés.

Du 24 au 29 octobre 2021, le Directeur des programmes du Secrétariat Général d’Inades-Formation a effectué une visite de terrain auprès de sept cercles d’innovateurs locaux et d’apprentissage communautaire encadrés par Inades-Formation Côte d’Ivoire. Cette visite avait pour but d’évaluer l’état d’avancement de la recherche-action sur les performances des intrants agroécologiques locaux.

A l’instar des autres pays membres du réseau Inades Formation, Inades-Formation Côte d’Ivoire est engagé dans la recherche action sur les performances et avantages des intrants organiques. Cette activité portée par 7  Cercles d’innovateurs locaux et d’apprentissage communautaire en abrégé CILACs s’inscrit dans le cadre du programme du réseau sur le repositionnement des vivres.

Afin d’évaluer l’état d’avancement de la recherche-action sur les performances des intrants agroécologiques locaux et proposer de mesures d’amélioration de la conduite du processus, une mission de suivi sur le terrain a été organisée par le Secrétariat Général. Cette mission a été conduite par Messieurs SAHINGUVU Richard et ASSEMAN ASSEMAN Parfait, respectivement Directeur des Programmes au Secrétariat Général d’Inades-Formation et Chargé de programme à Inades-Formation Côte d’Ivoire du 24 au 29 octobre 2021.

Au cours de la mission, l’équipe a visité les 7 CILAC dans les localités de Bodokro, Bouakanan dans le centre et Dramanevogo, Kassiongokoro, Nigoni, Bolona, Dougba dans le nord. Au total, la mission s’est entretenue avec 88 producteurs/trices de mil, sorgho et fonio. Elle a également échangé avec un chercheur de l’Université de Korhogo et un lieutenant des eaux et forêts du cantonnement de Tengréla.

Dans tous les CILAC visités, l’intrant qui a été expérimenté dans cette première phase de la recherche-action est le bokashi. Il a été testé sur le sorgho, le mil et le fonio. Les membres des CILAC rencontrés ont témoigné que la différence était perceptible déjà depuis la levée des plants où les tiges sont plus vertes dans les parcelles fertilisées avec du bokashi. Certains producteurs de fonio ont également déclaré que le striga était moins présent dans les parcelles ayant reçu la fertilisation au bokashi. Le Bakashi a eu pour effet d’empêcher le développement du striga.

Concernant les contraintes rencontrées, les CILAC de la région de Tchologo ont déclaré que les déjections de poulet constituent l’ingrédient du bokashi difficile à trouver, les autres étant disponibles sur place. Dans les autres localités, le problème ne se pose pas. Cependant, les femmes productrices de fonio des localités de Nigoni et Bolona sont confrontés au problème de décortiqueuse et de batteuse de mil et de fonio.

Un champ de fonio traité au bokashi

Dans le CILAC de Bodokro qui a expérimenté le bokashi sur le sorgho, les attaques par les perdrix, les milles pattes et les fourmis à la levée ont été la plus grande contrainte. Des chenilles foreuses ont également été observées. Le CILAC de Bouakaman qui a expérimenté le bokashi sur le mil a également rencontré la contrainte de déjections de poulet, les attaques de perdrix, les chenilles foreuses des tiges et les insectes suceurs de grains. Ainsi, il est prévu une expérimentation du bouillon de cendre comme biopesticide contre les insectes suceurs. L’insuffisance des pluies a également constitué une contrainte au niveau de ce CILAC.

Comme perspectives, tous les CILAC visités prévoient après la récolte, une restitution des résultats à tous les membres de la communauté pour que l’application du bokashi soit réalisée à grande échelle. En outre, au moins un biopesticide de conservation sera expérimenté juste après la récolte, et au moins un biopesticide de traitement des plants sera expérimenté lors de la prochaine saison culturale.

Les membres de la mission posant avec des producteurs

Asseman Parfait,

Chargé de programme à Inades-Formation Côte d’Ivoire

Inades-Formation Tanzania is a Non-Governmental Organisation (NGO) that works for socio-economic advancement of disadvantaged and marginalized rural communities (women, men and youth) organized mainly into voluntary groups. It is a member of the Inades-Formation network, a pan-African institution working in a network in ten (10) African countries and operational in Tanzania since 1989. The organization delivers its services through direct outreach training in the target areas/villages and by Correspondence Courses (CC) across the country. In achieving the socio-economic advancement of rural communities, Inades-Formation Tanzania has recently been working mainly in the areas of agriculture, soil and water conservation, food sovereignty and marketing, rural finance, community development, gender, nutrition, community health promotion, natural resource management, entrepreneurship, adaptation to the effects of climate change, livestock and advocacy for effective citizens’ engagement, in partnership co-operation with various donors, Bread for the World (BftW) being a main donor.

The organization has implemented programmes in various locations in Tanzania, including Dodoma (Kongwa & Mpwapwa Districts), Morogoro (Kilosa district), Singida (Ikungi and Singida rural district), Songwe (Mbozi district), Mbeya (Mbalali district), among others capitalizing on its approach of Stimulating and Accompanying Alternatives in Development (SAADEV) based on seven foundations which are solidarity, sustainability, control citizen, redistributive economy, equity, opening to the others/respect of the differences operationalized through Action-Research-Training (ART).

Inades-Formation Tanzania is implementing a three years’ project on “Adaptation to Climate Change for Improved Livelihoods in Semi – Arid Area, Chemba and Kondoa Districts of Dodoma Region, Tanzania” since July 2019, funded by Bread for the World (BftW), Germany which will end in June 2022; hence necessitate to conduct final evaluation to assess achievement, challenges, lessons and come up with recommendations. The overall goal of the project is to contribute to climate change adaptation and mitigation capacities for improved livelihoods of rural communities in Kondoa and Chemba Districts. To achieve this goal, the project focused at strengthening capacity of beneficiaries in the two districts to cope with the uncertainties, effects and impacts associated with climate change so as to be able to build and scale up their own strategies to cope with the changing climate and empowering them to effectively adapt to its effects and improve their livelihoods.

Clic here to download the Terms of Reference

The project is being implemented in six villages of two Districts of Dodoma Region i.e. Kondoa (Mauno, Salare, and Keikei villages), and Chemba (Waida, Isini and Gwandi villages) as well as rural and urban correspondence courses beneficiaries working outside of the project areas. The project has six components, namely:

1. Community awareness and advocacy aimed at empowering communities to take positive actions on issues related to policy engagement in environment by facilitating the development and use of environmental by laws for safeguarding the environment.

2. Agriculture with emphasis on increasing the resilience and adaptive capacity of community members for reduced climate change effects and promotion of agricultural practices that promote resilience to climate change.

3. Promotion of livestock keeping and marketing aimed at strengthening alternative livelihood options through engaging in viable livestock businesses which contributes in increasing production and enabled farmers to adapt to the effects of climate change through improved livestock breeds of chicken.

4. Enterprises/Village Savings and Lending (VSL) by increasing saving habits and capacity of farmers to access capital for income generating activities through promotion of VSL groups for income generation through investing in businesses which contributes in supporting their livelihoods in case of failure in other non-farm activities.

5. Environment conservation through increased capacity of community members to engage in sustainable practices of environmental management for improved livelihoods through mobilization and use of use of energy-saving stoves to reduce the pace of trees cutting and conserve the environment.

6. Cross cutting issues on gender with emphasis on bringing fair relationship between women and men in families so that both benefit equally and inequality is not perpetuated, community health promotion and (HIV/AIDS) mainly aimed at increasing the number of people in the communities checked their HIV status for reduced HIV transmission as well as Correspondence Course through disseminating knowledge so that subscribers are experiencing increment in production.

The project aimed to reach a total of 1,332 direct beneficiaries, majority of whom are smallholder farmers (others include members of the environmental committees, and institutions at village, ward and district levels) organised in groups. The project also aimed to reach 4,084 indirect beneficiaries including those who are enrolled in correspondence courses.

Project number: A-TZA-2019-0175
Project period: July 2019 to June 2022
Project coverage: Kondoa and Chemba Districts

Clic here to download the Terms of Reference